AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sahnnâ (Esclave)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sahnnâ

avatar

Messages : 142

MessageSujet: Sahnnâ (Esclave)   Mer 3 Nov - 22:23

Prénom : Sahnnâ
Nom : Solhayma... mais ce n'est pas son nom, à proprement parler.

Statut : Esclave... Comme on peut dire qu'un diamant est un caillou, Sahnnâ est une esclave...
Origine ethnique: Elle est originaire d'Albad-Ryah.

Age : 18 ans.
Sexe : Féminin.

Histoire : Sahnnâ est née esclave. Elle a été séparée très jeune de sa mère, à l'âge de trois ans. C'est tôt pour commencer l'instruction d'une fillette, mais certaines fleurs doivent se cultiver très soigneusement. La recruteuse l'avait déjà remarquée plusieurs mois plus tôt alors qu'elle n'était qu'un bébé au côté de sa mère, un bébé sérieux qui agitait une poignée de clochettes avec un sens du rythme tout à fait confondant, accompagnant le jeu compliqué du luth à 17 cordes auquel elle excellait. Le lendemain de son anniversaire, elle fut achetée au maître de sa mère par la célèbre Ecole Neshrayeddin. Elle y entra dans les bras de la recruteuse, toute petite fille endormie, fatiguée par le long voyage, à trois ans et un jour, l'âge minimum requis.

L'Ecole est très rude pour celles qui y sont envoyées. En général esclaves, les jeunes filles travaillent de l'aube jusque tard dans la nuit. Les musiciennes apprennent très vite à ne plus pleurer sur leurs mains couvertes de cloques et de plaies, sous peine de recevoir le fouet. Les chanteuses ne pleurent pas, elles, leur gorge est trop douloureuse dans les premiers temps. Et les danseuses ont un mauvais sommeil, éveillées la nuit au moindre mouvement par les courbatures et les crampes... Oui, l'Ecole est très rude, mais chacune travaille jusqu'au bout de ses forces et au-delà, parce que cette chance n'est offerte qu'à une si petite fraction d'entre elles... Si vous aviez à choisir entre être une artiste et être une souillon de cuisine ou une putain, vous feriez comme elles...

Et pourtant, nombre d'entre elles échouent. Un grand nombre. Sur dix fillettes qui entrent, une seule deviendra Alhanma, Feydidjya ou Solhayma. Ce ne sont pas des noms de famille. Pas vraiment... Ou alors les familles des voix d'or, des mains magiques ou des corps de fées. Et celles qui ne conviennent pas, que deviennent-elles ? Si elles acceptent leur sort, elles travaillent aux cuisines, à l'entretien de l'immense école et de ses jardins, elles cousent les costumes somptueux des artistes. Si elles ne l'acceptent pas, elles sont vendues sur le marché, un bon prix en général pour l'instruction qu'elles ont déjà, mais pas toujours.

Certaines filles de la noblesse viennent parfois passer une saison ou une année à l'école afin d'y apprendre les rudiments de l'art. Mais elles ne sont pas mêlées aux élèves, parce que ce ne serait pas décent, pensent leurs riches parents, que leurs filles côtoient des esclaves. Parce que ces gourdes sont des incapables, pensent les professeurs, et n'arrivent pas à l'ongle de pied d'une Espérance de 10 ans... c'est ainsi qu'on les nomme à 10 ans, les Espérances. A 7 ans, ce sont les Souffles, à 13 ans, les Aurores. A 16 ans elles passent leur dernier examen, réussissent ou échouent. Quand elles réussissent, on les nomme les Joyaux. Et c'est ce qu'elles sont en vérité. Des joyaux, des ornements raffinés et coûteux pour les Cours les plus luxueuses où la perfection de l'Art est appréciée.

Sahnnâ a 18 ans. Elle est un pur Joyau parmi les danseuses de l'Ecole. Elle est capable de danser n'importe quand, partout, sur n'importe quel son et même sur le silence. Elle maîtrise la science des mouvements et des rythmes, des envols et des chutes, de l'équilibre parfait. Elle peut avoir les yeux ouverts et le sourire aux lèvres alors qu'elle danse entre des lames couvertes de sang et les cadavres qu'elles viennent de fabriquer. Un ordre suffit, et sa conscience s'efface, il ne reste plus que son corps et le son, et s'il n'y a aucun son, elle est capable de produire sa propre musique, anneaux de clochettes aux poignets, aux chevilles, autour de la taille ou dans les cheveux. Une esclave docile... mais qui que soit son maître, il sera toujours second. Sahnnâ appartient à l'Art du mouvement et du rythme, avant tout...

Aujourd'hui elle quitte l'école car quelque maître fortuné a payé cher une danseuse. Très cher, car l'excellence est à ce prix. Pour son usage personnel, ou pour quelque cadeau somptueux ? Qui peut savoir...
Demain elle gagnera l'Eiralie et rejoindra celui ou celle qui a versé à l'Ecole le prix d'une rançon, pour une fille d'esclave... Paradoxal ? Peut-être... Parmi la boue des fleuves on trouve des diamants bruts. Il est normal que ceux qui passent des années patientes à les tailler et à les polir reçoivent le prix de leur travail. Des diamants issus de la boue, pour les seigneurs et les dames vêtus de soie... Etrange... Les porcs aussi sont vêtus de soie... Rien de paradoxal en fin de compte, juste le jeu des apparences... Des silhouettes devinées derrière l'ondoiement des voiles...


Description physique : Dans le Sud lointain dont elle est originaire, les filles sont plutôt petites et brunes. Elle est petite, oui, plus petite que la majorité des femmes d'Eiralie. Et elle a les cheveux noirs, longs et souples. Une poupée délicate au visage tellement fin qu'on le dirait tracé à la plume, dessiné somme les entrelacs délicieux qui décorent ses mains et ses poignets. Son teint plutôt pâle pour une fille du Sud, mais elle n'a jamais été exposée aux ardeurs agressives du soleil qui recuit là-bas les peaux les plus résistantes et ride les traits avant l'âge, et puis son père était un de ces hommes du Nord à la peau de lait, de passage chez le maître de sa mère. Dans ce visage pur et lisse, deux grands yeux verts, effilés en amande, comme les chats...

Elle a le corps menu, la taille gracile. Ses chevilles et ses poignets sont délicats, et reflètent la finesse de son ossature. Elle est tout sauf maigre pourtant. L'Ecole produit des danseuses pour l'agrément des yeux, et qui aimerait voir danser des os ? Les filles sont choisies aussi pour leur beauté, et la beauté inclut la féminité... Pas d'androgynes chez les Solhayma... La danse qu'on leur enseigne doit pouvoir déborder de sensualité, si leur maître le veut... Toute menue qu'elle soit, Sahnnâ est femme... Des seins doux et fermes, des hanches rondes et des fesses bien galbées, rondes et musclées sous la cambrure des reins.

Quand elle marche elle danse déjà... Quand elle parle c'est un murmure doux, musical. Elle peut être nue ou revêtue du menton aux chevilles, ses gestes seront les mêmes, aussi gracieux et précis. Et son regard aussi transparent.


Description psychologique : De longues années de travail, depuis l'enfance... S'il y avait en elle une once d'indocilité, elle ne serait pas parvenue au bout de son apprentissage. Soit elle est réellement soumise, soit elle cache merveilleusement son jeu... Quoi qu'il en soit elle a été éduquée sévèrement, dressée à répondre dans l'instant aux ordres qu'on lui donne. Danse. Il fait froid et tu es pieds nus, danse quand même. Tu es nue sur la place du marché, et on te regarde, peu importe, danse. Ce chaton que tu avais soigné a été découvert et chassé, danse encore, et n'oublie pas que sur cette musique-là, il faut sourire. Tu as mal, danse, tu as peur, danse, tu es épuisée, ne cesse pas de danser, n'oublie pas de sourire...

Qui est-elle, d'ailleurs, derrière le sourire neutre que ses lèvres arborent en permanence ? Que cachent ses yeux ? Quels sont ses rêves quand elle dort, ou ses espoirs quand elle veille ? Aucun geste ne l'a jamais trahie, aucune crispation du visage, pas depuis qu'elle a 7 ans et qu'elle a acquis haut la main le statut de Souffle. Sahnnâ est une professionnelle du spectacle, et si elle est quelque chose d'autre, personne ne le sait, ni ne le saura. Il faudrait la suivre quand elle est seule et voir si le masque tombe parfois...


Allégeances, liens hiérarchiques


Esclave de : Elle est esclave de qui l'a payée, ou de qui l'a conquise. Prise de pillage, elle appartient à Ragnar Herteitr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 356

MessageSujet: Re: Sahnnâ (Esclave)   Jeu 4 Nov - 17:12

Mouais... j'sais pas. J'me tâte.

*Se tâte*

Hum ?

*Arrête de se tâter*

Ouais, ouais, c'est bon, entre Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sahnnâ (Esclave)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: