AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les dits de la prophétesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Les dits de la prophétesse   Jeu 2 Juin - 1:45

Ragnar était de sombre humeur. Il avait perdu plusieurs jours et n'avait pas avancé dans ses discussions avec les futurs colons. Rien de bien grave dans la mesure où il savait avoir enflammé l'enthousiasme de certains, et ne voulait pas dépouiller les terres paternelles de ses bras les plus vigoureux. Plus inquiétant était la perspective de débarquer sans avoir planifié à l'avance la répartition des tâches et d'être ainsi soumis aux aléas d'un climat qui serait de plus en plus inhospitalier -l'hiver approchait, lentement mais sûrement- et de la bienveillante neutralité d'une population qui risquait d'être affamée par les frimas.

Il avait également annoncé à tous qu'il partirait au bout de cinq jours, ce qui l'amenait à partir le surlendemain. Mais, vu l'état de santé de Sahnnâ, elle avait de fortes chances de ne pas survivre au voyage. Ce qui mettait Ragnar devant le choix de la condamner à mort ou de trahir sa parole. Ce qui risquait de saper sa réputation, entachée de sa dernière escapade (encore que le caractère mystérieux de celle-ci pouvait lui attirer le respect de certains comme le mépris d'autres, sans aucune raison valable d'un côté comme de l'autre, personne ne sachant réellement ce qui l'avait amené à disparaître ainsi).

La seule chose qui pouvait encore le libérer de ce choix était l'assurance de Svana selon laquelle Sahnnâ survivrait au voyage. De toute manière, il aurait été imprudent de remettre trop longtemps le voyage, sous peine de risquer de perdre toute l'expédition sous les vagues des premiers grains d'automne. Aussi, malgré sa morosité, persistait encore un peu d'espoir.

La magicienne vivait environ à une dizaine de jets de flèche en-dehors du village de Yeravik, dans les bois. Assez près pour être facile à contacter rapidement en cas de besoin, assez loin pour être tranquille. En hiver, cela dit, il lui arrivait de venir loger plus près des hommes qu'elle avait pour devoir d'aider. Qu'une femme commence à accoucher au moment où le blizzard rendait le trajet impraticable, et ce pourrait bien être une catastrophe si Svana était recluse chez elle.

Arrivé à la demeure de la vieille femme, Ragnar descendit de son cheval, et s'approcha de l'entrée, à grandes enjambées. La maison était faite de bois solide et assombri par les années. Cela étant, les runes de protection gravées sur le pourtour de la porte n'avait pas semblé s'effacer. Plutôt s'incruster plus encore dans le bois. Le toit pentu permettait de résister à d'abondantes couches de neige.

Le jarl marqua un temps d'arrêt. La seidrkona avait bien choisi l'endroit où construire sa maison. Même lui pouvait le sentir. Une source pure, pas assez grande pour le village, mais amplement assez pour un foyer, jaillissait à quelques pas de là, nourrissant quelques arbres qui coupaient quelque peu le vent glacé qui soufflait aujourd'hui du nord. Des champignons poussaient le long des rochers. L'endroit respirait un mélange de puissance et de quiétude. Ragnar pouvait sentir le message : "Un grand pouvoir siège ici, mais il ne vous veut pas de mal si vous, vous ne lui en voulez pas".

Le poing de Ragnar heurta la porte.

Svana !
appela-t-il.

Je suis Ragnar, venu demander ton conseil !

Quoique les projets de Ragnar fussent déjà arrêtés, la manière dont il les mettrait à exécution pouvait être influencée de manière non négligeable par les conseils avisés d'une prophétesse. Il espéra en son for intérieur qu'il n'était pas en train de perdre son temps. Avant de se souvenir que les avis de Svana avaient déjà été précieux au clan par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une vieille

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   Lun 6 Juin - 1:11

Oui, oui, maugréa Svana.

"Je suis Ragnar", qu'il disait. La sejdrkona s'en serait douté, rien qu'au pas et à la manière de frapper à la porte. Le pas, assuré, ne cherchant pas à être discret, de quelqu'un qui se savait en droit d'être ici. Se croyait en droit d'être ici. Que n'importe qui puisse venir la trouver à n'importe quel moment, Svana s'y était habitué, cela faisait partie de sa fonction. Mais elle n'était pas la servante des jarls.

Enfin... Au moins est-ce Ragnar qui vient me trouver, et non son père.

Là où Ragnar la considérait avec un mélange de méfiance et de respect, Eirik la considérait avec un mélange de méfiance et d'autoritarisme forcené. Le changement était bienvenu.

Elle accueillit son hôte d'une formule aimable tout en lui ouvrant la porte.

Heureuse rencontre, jarl Ragnar. Je ne pensais pas que tu allais venir si vite.

Le guerrier s'ébroua avant d'entrer dans la hutte, se penchant pour passer la porte.

Je suis désolé de te prendre ainsi de court, Svana, mais j'ai besoin de ta sagesse, et le temps m'est compté.

La seidkona dissimula un sourire en simulant un bâillement. Le soleil du matin était à peine levé, et, effectivement, Ragnar aurait très bien pu la tirer du lit. Elle l'imaginait mal attendre patiemment à la porte qu'elle se réveille spontanément. Cela dit, il était rare d'entendre une phrase comme "je suis désolé" dans sa bouche. Svana décida que cela rattrapait la manière cavalière dont il lui rendait visite à une heure aussi indue. Quelles que fussent les interrogations du jarl, elles pouvaient cependant bien attendre une heure de plus. Le temps qu'elle se restaure et laisse son dos s'assouplir un peu.

Cependant, si l'âge avait fait rouiller ses articulations, ce n'était aucunement le cas de son intellect. Elle voyait toutes sortes d'émotions sur le visage de Ragnar. Inquiétude, colère, doute. Inutile de tenter de discuter avec lui tant qu'il ne serait pas dans de meilleures dispositions. Il ne l'écouterait pas. Svana connaissait assez les guerriers de cette lignée pour n'avoir aucun doute à ce sujet. Elle avait soigné le grand-père, le père, le fils, et, si le Nornes ne tranchaient pas trop tôt le fil de sa vie, probablement le petit-fils.

On réfléchit mieux l'estomac plein. Veux-tu te joindre à moi ?

Tout en parlant, Svana remit une bûche dans le feu, afin de faire repartir les flammes. Dans sa casserole usée par les ans, l'eau se remit à bouillir. Elle ajouta quelques herbes, une larme de liqueur de baies du sud, afin de préparer un breuvage aux effets subtilement calmants.

Bois.

Elle remit d'autorité un gobelet rempli entre les mains du jarl, qui renifla le liquide avec une curiosité mêlée de méfiance. Souriant, elle but le contenu de son propre gobelet à petites gorgées, mangeant quelques galettes de céréales en même temps. Ragnar finit par l'imiter, mais se contenta de boire.

Tu peux manger aussi, si tu veux.

Merci, mais je me suis déjà restauré avant de partir, je ne veux pas épuiser tes réserves.

Elle le remercia d'un hochement de tête, le laissa boire un autre verre. Puis, une fois que sa respiration se fut un peu ralentie, elle en vint enfin à l'objet de la visite de Ragnar.

Alors... Quel est ton problème ?

Le jarl resta silencieux un moment, réfléchissant à sa réponse.

Bon signe. Il est impatient, mais il le sait, et il sait se contrôler. Du moins dans une certaine mesure.


Sahnnâ est malade, comme tu le sais.

Elle resta silencieuse, attendant la suite.

Tu connais mon projet, d'aller vers le Sud fonder une colonie, dans une terre plus prospère.

Toujours silencieuse, elle laissait le jarl s'exprimer librement.

J'ai promis à mes hommes... que nous allions partir après-demain. C'était avant que Sahnnâ ne tombe malade. Je crains de reprendre la mer à la date prévue et que le voyage ne la tue. Mais je crains tout autant de rompre ma parole en retardant la date du départ. Et je n'ai aucune idée de ce qui lui arriverait si je repartais sans elle. Toute seule jusqu'au printemps prochain, en Suérie ? Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. En fait, je ne vois aucune bonne solution. C'est pourquoi je suis venu requérir ton conseil.


La sejdrkona inspira et expira profondément tout l'air qu'elle pouvait.

Commençons par le début, veux-tu. Pourquoi est-ce que tu veux aller au Sud ? Tu n'as pas ce qu'il te faut, en Suérie ? Depuis que tu es tout enfant, je t'entends parler des fiers guerriers suéris, que tu compares à ces mollassons d'eiraliens. Alors, pourquoi veux-tu te rapprocher d'eux ?

Le jarl répondit avec une vivacité qui prouvait qu'il avait longtemps réfléchi à la question.

Parce que je connais bien mieux les eiraliens aujourd'hui que lorsque j'étais enfant. Et je peux te dire qu'ils s'organisent, qu'ils nous résistent de mieux en mieux. Ils sont même arrivés à rallier certains jarls à leurs vues.

Ragnar cracha dans le feu.

Ils vont devenir plus forts que nous. Pas aujourd'hui, ni de mon vivant. Peut-être pas de celui de mes enfants. Mais, bientôt, nous ne pourrons plus les combattre. Plus de gloire acquise à la pointe de l'épée. Leurs chevaux sont bien nourris, ils pèsent moitié plus que les nôtres. Si nous voulons survivre, il faut tenter l'expérience. Profiter de la douceur de leurs conditions de vie, comme de l'esprit de notre pays.


Svana faillit éclater de rire.

La gloire à la pointe de l'épée ?

Pour elle, l'épée, c'était avant tout des tripes répandues et des agonisants qui se compissaient en appelant désespérément leur mère. Mais inutile de discuter avec Ragnar de ce point.

Et tu ne crains pas que la génération suivante devienne plus eiralienne que suérie ? Vous allez copuler avec de belles et douces jeunes filles du sud, et vous amollir aussi. Alors les eiraliens n'auront même plus à vous massacrer, ils vous auront absorbés.

C'est un risque. C'est même le principal. Mais les "belles et douces jeunes filles du sud", comme tu dis, ne sont pas toutes aussi molles que ça. Regarde Sahnnâ. De toute manière, la valeur ne se transmet pas par le sang, mais par les actes.

Lorsque tu dis cela, tu oublies complètement l'importance de la hamingja dans la vie d'un homme. Cela étant, je suis d'accord avec toi. Ce sont nos actes et non notre pays d'origine qui nous déterminent.


Il y eut un silence.

Que me conseilles-tu de faire ? Attendre la guérison de Sahnnâ ? L'emmener malade ? Ou partir sans elle ?


Svana soupira.

Je vais te parler comme une femme d'expérience avant de te parler comme une sejdrkona. Tu devrais attendre avant de partir. Tu ne peux pas laisser cette petite chose hiverner seule chez nous, elle va geler sur place même près du feu.


Mais, si j'attends trop, nous allons arriver au début de l'automne. Des blocs de glace risqueront d'éventrer nos langskips lorsque nous redescendrons la rivière Hadda, et nous risquons même de couler dans une tempête.

Alors reste toi aussi. Si tu es là pour la soutenir, elle pourra tenir. Si elle est encore vivante à ce moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   Lun 6 Juin - 17:29

Le jarl eut un froncement de sourcils.

Tu la sous-estimes lourdement, Svana. Elle n'est pas grande, mais sa volonté est forte. Elle tiendra, et elle s'adaptera à la Suérie.


Le scepticisme de Svana transparaissait dans ses paroles, alors que Ragnar n'avait aucun doute à ce sujet. Et entendre Sahnnâ se faire appeler "petite chose", comme si elle était un bijou fragile qu'il avait trimballé inconsidérément jusque dans ces terres nordiques, le hérissait.

Qui essaye-tu de convaincre, Ragnar fils d'Eirik ? Moi ou toi ?

Ragnar se pencha en avant, fixant Svana du regard.

C'est toi que j'essaye de convaincre. Mais je n'y parviendrai pas, pas plus que tu ne me feras changer d'avis. Alors gagnons du temps, et interroge les dieux.


Elle détourna le regard, mais Ragnar continua de la fixer.

Tu... tu n'as pas idée de ce que tu me demandes. Tu veux que je lance les runes en espérant que les pierres me murmurent les secrets de l'avenir. Mais tu ne sais rien de la prudence avec laquelle il faut les manier. Ce ne sont pas de simples cailloux décorés !

Si elle avait murmuré d'un ton doux au début de sa tirade, elle avait presque crié à la fin. Mais Ragnar resta imperturbable.

Crois-tu que je ne sache pas ce que je te demande ? Je ne sais rien du monde que tu effleures, Svana, mais j'en pressens le prix. J'ai déjà vu tes cernes, ton regard égaré lorsque tu sortais de ta transe. Je devine le prix que tu payes, et c'est en toute connaissance de cause que je te demande de le payer encore une fois.

Il put voir le trouble passer dans les yeux de la sejdrkona. Il put voir la colère à devoir se plier à la volonté d'un homme au lieu de se plier à celle des dieux. Et il vit la colère faire place à une détermination résignée. Et à la compréhension de sa situation, comme lui-même avait compris celle de Svana.

S'il te plaît, Svana. J'ai besoin de toi.

Ce ne fut qu'un murmure et elle releva la tête.

Pourquoi me demande-tu cela, seigneur ? Pour une simple esclave alors qu'il y en a tant d'autres pour réchauffer ton lit ?

Les yeux du jarl lancèrent des éclairs et il reprit la parole d'une voix affermie.

Pour un membre de mon clan, dont la hamingja est liée à la mienne. Pour une femme qui vient des lointaines terres du Sud pour tomber entre mes mains précisément au moment où je cesse d'être un chef de guerre pour devenir un seigneur. Combien d'autres femmes comme elles as-tu vu en Suérie, de toute ta longue vie ? Penses-tu que sa présence ici soit le seul fruit du hasard ?

Il y eut un long silence, uniquement rompu par le crépitement des flammes. Le jarl et la seidrkona se regardèrent longuement, mais le regard de la vieille femme était déjà plus loin. Elle avait cessé de sonder Ragnar et plongeait son regard dans... autre chose, qu'il ne pouvait pas deviner. Une bûche craqua, puis le silence revint. Immobile et silencieux, la bouche sèche d'avoir tant parlé, Ragnar restait immobile, attendant la décision de Svana. Pressentant que, d'une manière ou d'une autre, d'autres facteurs que ses paroles allaient peser sur sa décision.

Enfin, après un long moment, les yeux de Svana revinrent se fixer sur lui.

Sors d'ici. J'ai besoin d'être seule pour tirer les runes. Reste à l'extérieur et ne reviens que lorsque je t'appellerai.


Avec un hochement de tête reconnaissant, Ragnar se leva et ressortit dehors, dans l'air frais du matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une vieille

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   Ven 10 Juin - 23:05

Jeune imbécile arrogant.

Svana avait connu de nombreux guerriers. Et, si elle arrivait à peu près à ne pas les détester, elle était incapable de les comprendre. Eux, leur morgue, leur arrogance, la désinvolture avec laquelle ils prenaient la vie quand elle faisait tant d'efforts pour la préserver.

C'est un crétin prétentieux. Mais il est très possible qu'il ait raison.

A sa courte honte, Svana était obligée d'admettre qu'elle aurait préféré qu'il eût tort. Mais tout ce qu'il disait était juste. Il y avait eu trop de hasards étranges, trop d'évènements improbables survenant en même temps, pour négliger cette gamine dont Ragnar s'était entiché. Cela valait en tout cas la peine de s'intéresser de plus près à tout ceci.

Svana fit rouler les pierres dans sa main. Elle avait menti, au moins en partie. Il était tout à fait possible de lancer les runes en présence de Ragnar. Mais elle ne voulait pas l'avoir, lui et son impatience, dans les pattes pendant qu'elle tentait de dévoiler les arrêts du destin, ce qui était déjà épuisant en soi. Et, dut-elle admettre, cela constituait une petite revanche face à son autoritarisme envahissant.

Les pierres roulèrent au sol. La sejdrkona en choisit dix, les yeux fermés, avant de les arranger suivant les rituels qu'elle avait appris dès son plu jeune âge. Ses mains dansèrent tandis qu'elle disposait les pierres, avant qu'elle n'ouvre les yeux.

Elle resta stupéfaite. Toutes étaient favorables. Toutes, à l'exception de celles qui ne pouvaient pas avoir de disposition spécialement favorable, définies qu'elles étaient par leur nature. Son esprit se mit à réfléchir à toute vitesse.

Eh, la rune de Sleipnir, le cheval magique d'Odin, représente le "maintenant". Gar, la Terre, est le but que poursuit Ragnar. La terre cultivable, la prospérité, mais aussi la rétribution. Le paiement des actes commis.


Un augure positif pouvait se révéler désastreux dans certains cas. Notamment lorsque des querelles de sang traînaient depuis longtemps. "Rétribution" pouvait alors prendre un sens beaucoup plus sombre. Svana prit note mentalement de prévenir aussi Eirik de ce fait.

Is, la glace et l'immobilité, sont les principaux obstacles.


C'était intéressant. La référence à l'hiver était évidente mais Svana se serait plutôt attendue à voir apparaître Hagall, la rune annonciatrice des tempêtes et des intempéries. Is annonçait peut-être une immobilité d'une nature plus sournoise que celle du froid hivernal.

Os, la parole, s'annonçait comme le passé récent de Ragnar, un fil qui menait à son objectif. Svana ne parvint pas à comprendre pourquoi. Un simple discours comme celui qu'il avait fait n'aurait pas justifié l'apparition de cette rune. Il y avait autre chose. Une référence à une forme de connaissance, de transmission traditionnelle orale. Mais rien que Svana pût cerner, alors elle entama la lecture de la rune suivante. Un instant, elle hésita à interroger Ragnar. Mais non. Cela n'aurait mené qu'à briser sa concentration.

Wyrd, la rune du destin, se présentait comme la meilleure option à suivre. Une rune vide, inexistante. Mais cette absence de symbole était presque palpable pour Svana. Comme une matérialisation du vide, qui suffit à la mettre assez mal à l'aise pour qu'elle détourne le regard.

Ce qui est à faire est une chose. Mais que fais-tu, toi, Ragnar ?


La rune suivante ne surprit pas la vieille femme.

Odal, bien sûr. Les ancêtres, la tradition.


Ragnar était très fier de sa famille et marchait dans les pas de son père et de son grand-père avant lui. Mais il semblait qu'il y ait quelque chose de plus à faire. Ou, du moins, de différent. La présence de la rune sans substance le prouvait. Comme elle représentait aussi une mise en garde.

Ne lui dis pas tout ce que tu sais.

Cependant, la rune de Tyr, le dieu manchot, attestait que Ragnar possédait le courage et la volonté nécessaire pour faire ce qui était nécessaire. Cela, Svana le savait déjà.

En fait, il serait bien qu'il soit un peu moins courageux et un peu moins déterminé. Pour son espérance de vie comme pour mes vieux nerfs.


Cette pensée égoïste fut immédiatement submergée dans le flux et le reflux des murmures des pierres. Maintenant, Svana écoutait plus qu'elle ne lisait. Elle parlait, et les pierres répondaient.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Un voyage. Une quête. S'il l'ose.


S'il l'ose ? Que peut-il craindre ?


Eoh !

La mort... bien sûr. Pas la mort physique, mais la transformation, le changement d'état. Ce qui annihile une partie de ce qu'il était. Il aura forcément des sacrifices à faire, et cela l'effraie. Mais Tyr assure qu'il saura être à la hauteur. La rune de la Mort est aussi celle d'Yggdrasil, l'arbre sur lequel Hangatyr apprit les secrets de la magie... Mais cela peut aussi être la mort de Sahnnâ, tout simplement.

Les gouttes de sueur perlaient sur le visage de la vieille femme, mais elle n'en avait cure. Les éléments éparpillaient commençait à s'assembler, quoique imparfaitement. Et ce qui commençait à ressembler à une vision se déployait devant la sejdrkona comme les branches d'un arbre.

Quel est votre conseil ?

Gyfu !

Et la vieille femme traduisit une fois encore les cris et les murmures qu'il lui semblait entendre, là où presque tous n'auraient entendu que le crépitement des flammes.

Le don et l'échange... C'est dans la culture de cette famille. Cela va l'aider. En revanche, cela nous renvoie à la rétribution. Je n'aime pas ça.

La culture familiale expliquait peut-être pourquoi l'augure était si favorable. Mais, au-delà de la question de Ragnar, il semblait à Svana pressentir une menace plus diffuse, plus éloignée dans le temps, mais non moins redoutable. A moins que ce ne soit une promesse. Quoiqu'il en soit, plusieurs runes semblaient affirmer que plusieurs décennies d'actions allaient trouver rétribution. Restait simplement à déterminer si le solde méritait une récompense ahurissante ou un désastre.

Finissons-en.

Svana papillonna des yeux, se leva lourdement après quelques instants. Ses jambes lui semblaient raides comme des troncs d'arbre et lourdes comme du plomb, elle se sentait vieillie de dix ans. Mais elle avait une réponse à donner.

Elle ouvrit la porte.

Entre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   Ven 1 Juil - 1:34

C'est comme dans un rêve, avec une sensation de légèreté désagréable, que Ragnar franchit le seuil de la maison. Même si, comme la plupart des chefs de guerre et des jarls, il sait interpréter les signes de la manière qu'il préfère, il ne peut se défaire de la sensation que, dans ce cas précis, ce sera difficile.

Ces petites pierres décorées dévoilent un bout de mon destin. Elles semblent tellement insignifiantes, pourtant...

Le jarl s'assoit face à la sejdrkona, en silence, attendant l'oracle avec une impatience mêlée de crainte.

Les augures sont plutôt favorables, pour ce que j'ai pu en voir.

Léger soupir de soulagement de la part d'un Ragnar rassénéré, mais aussi surpris que son interlocutrice ne le fasse pas plus attendre avant de lui dire ce qu'il souhaite entendre.

Je t'épargne les détails de l'interprétation puisqu'ils ne t'intéressent vraisemblablement pas.

Petit hochement de tête approbateur de la part de Ragnar. Effectivement, l'interprétation des runes ne l'intéresse pas. Cela, c'est le travail d'une magicienne. Lui, il lui faut comprendre ce que celle-ci lui dira.

Tu suis la voie de tes ancêtres. Cela est une bonne chose dans la situation présente. Et c'est peut-être rassurant quand au fait que tu saches maintenir vivace la flamme de la Suérie dans la chaleur des îles Eiraliennes.

Il te faudra prendre garde à l'immobilité, à la stagnation. Les augures ne sont pas clairs à ce sujet. Ce peut être une mise en garde contre les glaces d'hiver et la tentation de rester trop longtemps en Suérie. Ou bien contre le fait de répéter toujours les mêmes comportements. De trop faire comme ton père, et son grand-père avant lui. Prends ce qu'il y a de bon dans les traditions, rejette ce qu'il y a de mauvais. En tout cas, les runes ne te mettent pas en garde contre les tempêtes hivernales, plutôt contre le gel, ou l'immobilité, je ne sais pas. Je ne peux malheureusement pas être plus claire à ce sujet.

Pierres et énigmes... Pourquoi les dieux ne peuvent-ils s'exprimer clairement ?


Mais Ragnar sait comment fonctionnent les prophétesses, et sait donc prendre un peu de recul par rapport à leur propension à s'exprimer par des discours nébuleux.

C'est déjà plus clair que la plupart des oracles que j'ai déjà entendus. Ensuite ?

Brève hésitation de Svana. Ragnar note que son regard s'égare sur la rune de la mort, mais elle ne fait aucun commentaire à ce sujet.

Plusieurs runes donnent une idée de rétribution. Je crois que tes actions passées, celles de ta lignée et celles de ton clan vont bientôt être pesées. Et que c'est cela qui déterminera le succès ou l'échec de ton entreprise. Mais je crois que tu peux réussir.

La prophétesse s'est exprimée d'une voix ferme, mais Ragnar reste insatisfait. Il désigne la pierre marquée du symbole du frêne.

Cette rune, là... Qui va mourir ?

Brève fermeture des yeux de la part de Svana, signe de fatigue, ou de lassitude face à la brutalité de Ragnar. Elle décide en tout cas de répondre de la même manière.

Cette rune ne dit pas ce qui va advenir, mais ce que tu crains.

Elle a déclaré cela froidement, en regardant Ragnar droit dans les yeux. Celui-ci décide de s'intéresser à la suite. Que le vieille femme fasse des mystères si elle le souhaite. Il n'a pas besoin d'autres que lui-même pour savoir ce qu'il craint.

Tu parlais de rétribution. Tu veux dire que c'est notre hamingja qui va déterminer ce qui se passera maintenant ?


La prophétesse a un léger froncement de sourcils, comme perdue dans ses pensées.

Oui... on pourrait formuler les choses comme cela.





Les hommes et le clan.





Alors je ne peux reprendre la mer.

Maintenant, Svana semble un peu égarée, alors que pour Ragnar, les choses n'ont jamais été aussi claires.

Pourquoi cela ?

Parce que la hamingja est à la fois la mémoire et l'esprit du clan. Et que mettre en danger la vie d'un membre du clan, fut-ce une esclave, serait souiller cette mémoire et insulter l'esprit tutélaire.

Court silence.

Je dois faire quelque chose.

Les yeux de Svana sont un peu plus brillants maintenant.

Oui... Oui ! Et j'ai réfléchi au cas de Sahnnâ. Une fille du Sud a besoin de plantes du Sud. Nos médecines seront moins efficaces sur elle, car elle n'est pas en accord avec notre pays. Sinon, elle ne serait pas tombée malade.

Ragnar secoue la tête.

Je ne peux pas faire une expédition vers les terres du sud de l'Eiralie. Pas maintenant, et pas sans un minimum de préparation.

Tais-toi et écoute, Ragnar fils d'Eirik.

Maintenant, la voix de la sejdrkona a repris l'autorité qu'elle avait perdu quelques instants durant.

Il existe des plantes du Sud en Suérie. Simplement, elles se trouvent dans certains endroits particuliers. Des endroits chauds de la Suérie. Elles permettraient certainement de faire des potions plus adaptées. Et, si tu veux aller dans le Sud... Emmène un peu du Nord avec toi. Une partie de ta terre natale capable de prospérer dans le Sud, au lieu de s'étioler petit à petit.

Des plantes ?


Ragnar n'a pu dissimuler l'incrédulité dans sa voix. S'il comprend bien la symbolique : enraciner des éléments de la Suérie dans sa nouvelle terre afin d'en préserver l'essence, il voit mal le rapport avec quelques herbes, fussent-elles médicinales.

Les plantes sont d'abord un esprit, un dynamisme, une énergie. Fais-moi confiance sur ce point. Elles te serviront à bien d'autres choses qu'à guérir Sahnnâ.

Humpf... Peut-être. Je dois y réfléchir. Mais pourrais-tu d'abord terminer ta prédiction ?

Mais je suis en train de te la donner, Ragnar. D'une manière pratique et concrète que tu puisse mettre en application. En mariant mon expérience personnelle avec ce que me racontent les murmures des pierres. A moins que tu ne préfères une petite chanson amusante au sens aussi clair que des boyaux de porc congelés ?


Durant un instant, Svana ressemble vraiment à une petite vieille aigrie à l'air revêche, avant de se reprendre.

Ce que tu dois faire, c'est un voyage, ou une quête, quelque chose de ce genre. Et tu devras prendre garde à faire preuve de générosité, d'ouverture, d'hospitalité. Si, comme je le pense, la hamingja te tient pour digne de son aide, tu devrais en recevoir très bientôt.

Oui, il vaudrait mieux.


Le ton de Ragnar est aussi aigre que celui de Svana quelques instants plus tôt.

Je ne tiens pas à devoir allumer le bûcher funéraire de Sahnnâ parce que j'aurai trop attendu une éventuelle aide surnaturelle.

Svana soupire.

Je n'ai pas vraiment d'autres conseils plus précis à te donner. Les runes sont difficiles d'interprétation. Fie-toi à nos coutumes mais méfie-toi de l'immobilité. Et prépare-toi à un voyage. Sache être accueillant pour celui qui est dans le besoin comme accepter de l'aide si tu es en difficulté. Sois prêt à donner et échanger. Et fais ce que tu juges bon pour honorer l'esprit du clan. Pour ce qui est du voyage, ma proposition me semble être la seule raisonnable. Tu veux unir ton clan, le rendre invulnérable, protéger chacun de ses membres ? Fais d'abord ce qu'il faut pour Sahnnâ, pour les tiens. Fais ce qui est en ton pouvoir. Je te rappelle que c'est toi qui a évoqué l'idée en premier.


Le jarl fait silence, un long moment.

Peut-être, oui. Où se trouveraient ces plantes ?

Il note avec un peu d'appréhension le sourire torve de Svana.

Où poussent des herbes enfantées de la chaleur dans un pays comme le nôtre ? Il n'y a que deux endroits qui puissent être qualifiés de "chauds" sur Vindagaard. Le premier est la crevasse de Frostbrisprek.

Ragnar s'abîme dans ses réflexions. Frostbrisprek est une destination logique si l'on suit le raisonnement de la sejdrkona. Des plantes qui poussent dans des endroits chauds pour soigner une fille des pays chauds, et pour le voyage dans le Sud. Pour harmoniser les colons avec leur nouveau pays, ou quelque chose du genre. En réalité, ce dernier point n'intéresse pas Ragnar outre mesure. Seul l'intérêt pour Sahnnâ focalise son attention. Mais en même temps, il se demande quel intérêt Svana peut trouver à lui parler de tout cela. Finalement, que lui importe son expédition ?

Nous sommes du même clan.


Svana n'a pas semblé ouvrir la bouche, et pourtant c'est sa voix qui a parlé.

Oui.

Frostbrisprek... une immense crevasse à l'abri des tempêtes meurtrières et du froid perçant, abritant des terres fertiles ainsi que des villages prospères, ce à moins d'une lieue d'une terre où le vent et le gel peuvent geler un homme sur place avant qu'il n'ait pu réaliser le danger.

Le premier, tu as dit. Il y a d'autres lieux ?

Ah, c'est là que les choses deviennent intéressantes, Ragnar fils d'Eirik. Et peut-être les dieux veulent-ils ainsi connaître ton courage et ta détermination. Le deuxième lieu est la forêt de Gravskogur. La plante dont je te parle, la kvällsön, pousse dans les tertres de la forêt maudite, bien à l'abri des vents.

Le jarl bondit sur ses pieds, tandis que ses poils se hérissent de terreur.

Tu mens !

Et sa voix est un rugissement, mais pas un cri de guerre. La puissance du cri ne parvient pas à dissimuler la fêlure dans le ton.

Je ne mens jamais, Ragnar fils d'Eirik. Jamais. Mais je vois que Gravskogur touche les limites de ton courage. Tu as peur. C'est bien. Les dieux exigent toujours un sacrifice, tôt ou tard. Gravskogur sera ton sacrifice. Et un sacrifice coûte forcément à celui qui le fait. Es-tu prêt à affronter les morts qui marchent eux-mêmes pour protéger ton clan ?

Ragnar garde le silence, se posant sincèrement la question. Il ne craint pas de mourir au combat, mais cela... D'obscurs souterrains, l'odeur putride de la mort, des mains invisibles et glaciales se tendant pour l'attirer vers des mâchoires aux dents pourries. Il a déjà connu cela. Une fois. Dans un passé si lointain qu'il l'avait presque oublié.

Tu es troublé. Viens avec moi. Je vais t'enseigner l'Utiseta. Peut-être y verras-tu plus clair ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Une vieille

avatar

Messages : 12

MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   Mar 12 Juil - 21:07

Ainsi... Cela arrive. Les Nornes jouent avec le fil de nos vies, mais elles sont en train de sortir un filament de la pelote que compose la race humaine, et s'apprêtent à jouer avec. Quelque chose de ce genre devait forcément survenir.

Svana ne prétendait pas savoir décrypter les mystérieux desseins des Nornes, mais il était évident qu'un jour ou l'autre quelque chose d'intéressant allait arriver à un des jarls de cette famille. Par "quelque chose d'intéressant", elle excluait bien sûr l'habituel amour des raids en terres inconnues, batailles glorieuses et inutiles, et autres morts héroïques et stupides.

Les runes avaient intrigué la vieille femme. Elles avaient suscité en elle un intérêt pour Ragnar qui la poussait maintenant, victoire de l'espérance sur l'expérience, à supposer qu'il accepterait de s'asseoir tranquillement sur une souche en écoutant le gazouillis des oiseaux. En espérant qu'il soit assez patient pour attendre que les choses s'éclaircissent. Parce que, pour l'heure, la seule chose certaine était que la situation était trop complexe pour ne pas mériter un moment de réflexion.

Beaucoup de guerriers méprisent l'immobilité. C'est pourtant elle qui permet le mouvement, sais-tu ?
*

Un proverbe très répandu chez les guérisseuses, mais inconnu chez les guerriers, dit que l'esprit est comme l'eau, il ne s'éclaircit qu'en restant calme.

Il y eut un silence, durant lequel elle écouta le bruit lourd des pas de Ragnar, son souffle calme, qui avait retrouvé sa profondeur et sa régularité depuis qu'elle avait évoqué les draugr de Gravskogur.

Tu m'abreuves de paroles, vieille femme, siffla-t-il entre ses dents. Viens-en au fait. Qu'attends-tu de moi ?

Elle soupira.

Guerrier...


Son ton contenait un mélange de pitié et de sympathie.

Tu es trop habitué à l'action. Là, il y a un chemin à trouver. Il faut s'arrêter au carrefour et prendre le temps de choisir une direction.

Pardon, grinça Ragnar. J'aurais dû être plus précis. Qu'attends-tu de moi, précisément et sans énigmes compliquées ?

Svana vit la joue de Ragnar se déformer, sa tête partir de côté. Elle le vit si fort qu'elle aurait pu croire qu'elle l'avait giflé pour de vrai, et à toute volée, encore. Mais ce n'était hélas qu'un fruit de son imagination. D'ailleurs, la lueur d'irritation dans les yeux du jarl lui donnait à croire qu'il valait mieux éviter ce genre d'actions belliqueuses. Guérisseuse ou pas, il pouvait lui briser le cou comme une brindille s'il le souhaitait. Et on ne pouvait jamais prévoir les réactions d'un guerrier de métier s'il se sentait attaqué. Surtout quand le guerrier de métier était Ragnar Herteitr. Et qu'il était énervé. En même temps, Svana estimait avoir largement acquis l'âge et l'utilité au clan nécessaires à se passer de ronds de jambes.

Il nous faut un signe. Je t'ai amené au bord du ruisseau où j'aime méditer. Ce n'est pas un honneur que je fais à tout le monde, alors j'attends de toi que tu poses tes nobles fesses sur un tronc d'arbre, ou tout autre appui qui te semblera bon. Que tu attendes un signe, un indice, quelque chose qui nous éclaire sur le choix à faire. Et que tu évites si possible de bouger et de parler. Si tu peux même écouter toi-même, mon bonheur sera total. Tu peux faire ça ?


Oui, je peux. Mais je n'ai aucune raison de le faire. Je te l'ai dit, mon choix est fait. Je sais ce que j'ai à faire, et le temps nous est compté. Il n'y a rien ici qui ne se règle avec quelques hommes déterminés, de la nourriture et une connaissance convenable du pays.

Du pays et des plantes. Tu connais quelques chose, en herbes médicinales ?


Un peu. Celles pour la douleur. Et pour les hémorragies.

Svana eut un rire sec.

C'est pas mal. Plus que je n'en attendais de toi. Mais c'est loin d'être suffisant.


Tu me décris les plantes. Je vais les chercher. C'est simple.


Ragnar faisait manifestement des efforts pour ne pas l'insulter. Svana s'amusait presque, d'autant qu'il se trouvait dans la même situation qu'elle quelques instants auparavant. Mais elle ne voulait pas que des relents de discorde viennent souiller ce lieu. Une dispute pouvait encore passer. Mais il ne fallait pas qu'elle s'éternise. Elle se rendit compte que, finalement, quel que soit son âge, il fallait faire preuve de diplomatie, parfois.

Écoute, Ragnar. Je ne te demande pas cela simplement pour le plaisir de te faire perdre du temps. Mais tu as dit toi-même qu'il y avait plus que de simples coïncidences dans tout ce qui concerne Sahnnâ. Alors, tu ne peux pas résoudre cette situation simplement par la manière dont tu le fais d'habitude.

A grands coups de hache dans le crâne.

Je pense que les dieux ne demandent qu'à t'aider, mais il nous faut quelque chose qui éclaire la prédiction des runes. Pour l'heure, elles sont difficiles à interpréter, tout ce qu'elles disent de clair, c'est que les dieux t'aiment. Mais, s'ils aiment l'audace, ils mènent souvent les irréfléchis à leur perte. Crois-moi, en tant que sejdrkona, je te le dis : tu ferais mieux de t'asseoir et d'écouter.


Elle vit avec satisfaction Ragnar se taire et s'asseoir au bord de l'eau, sur une vieille souche plate aux côtés de laquelle poussaient quelques champignons.

Mon endroit préféré. Le meilleur. Malin, ce garçon. Peut-être plus sensible qu'il ne veut bien l'admettre.

Elle ne se faisait pas d'illusions : Ragnar serait très loin d'atteindre une transe prophétique majeure comme elle en avait connues certaines. Mais, souvent, ce qui était vital était d'essayer, de tout son cœur et de toute son âme.

Svana s'assit à même le sol, et ferma les yeux. La suite ne lui appartenait plus. Pour l'instant.

*Amis belges, ayons une pensée pour vous^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   Dim 17 Juil - 22:19

Le cœur de Ragnar palpitait à la mesure de son impatience. Il se demandait même pourquoi il était là, assis sur cette souche, à regarder voler les insectes quand il y avait une expédition à organiser. Svana voulait un signe. Ragnar, lui, s'en fichait complètement. Il savait déjà ce qu'il avait à faire.

Mais la sejdrkona lui avait dit d'attendre, alors il attendait. Confiant dans le fait qu'elle savait ce qu'elle faisait. Finalement, c'était toujours la seule question. "Ai-je confiance en toi ?". La réponse était affirmative. Jusqu'à un certain point du moins.

Il faudrait des chevaux. Il faudrait aller vite. Surtout s'il était nécessaire de traverser la forêt.

Combien de temps ai-je ?

Sahnnâ était sur le fil du rasoir, elle finirait tôt ou tard par basculer du côté de la vie ou de la mort, s'il n'intervenait pas avant.

Pourquoi cette fichue guérisseuse ne possède-t-elle pas les plantes qu'il lui faut ?

Tu n'es pas en train de méditer, Ragnar. Tu es en train de réfléchir.

La méditation, c'est ton domaine, Svana.

Ragnar se leva, signalant la fin de l'exercice.

N'essaye pas de faire de moi un mystique, tu sais parfaitement que c'est impossible. Plus qu'impossible, c'est contre-nature. Chacun doit rester à sa place.

Svana soupira, se levant aussi.

J'essaye de faire de toi un chef. Un chef doit savoir mettre ses émotions de côté. Il doit savoir faire le vide.

Elle leva la main pour interrompre le jarl.

Pas seulement ses émotions. Mais aussi, ses pensées. Parfois, c'est du vide que jaillit la réponse. Appelle cela de la magie ou du mysticisme si tu veux.


Ragnar eut un sourire.

Pour faire le vide, j'utilise ceci.


Lumière-d'Acier scintilla sous le soleil.

Nous appelons cela "l'ivresse de la bataille". Je crois aux dieux, je crois à la magie, mais je garde ma lame soigneusement aiguisée.

Svana ouvrit la bouche pour répondre, mais s'interrompit.

Certitude.


Un loup se tenait à l'orée nord du bois. Le visage de Svana se plissa en une expression de contentement intense. L'animal fixa Svana, puis Ragnar, de ses yeux d'ambre, avant de repartir tranquillement vers le Nord. Et Ragnar connaissait cet animal. C'était celui qui accompagnait Einar.

Tu connais cette bête ?

Ragnar opina.

Tu as ton signe, Svana.


Il lui expliqua brièvement sa rencontre avec le jeune (ou était-ce un vieux ?) guerrier, et elle opina.

J'ai mon signe. Donc tu dois suivre la voie que je t'ai proposée. En plus de la kvällsön, dont je t'ai parlé, il faut deux autres plantes. Tous les autres ingrédients, je les ai chez moi. Il me faut de la brannstjärn et de la könnuðurgras. Tu connais ces plantes ?


Oui. Parle-moi de la kvällsön.


Elle est très repérable. C'est une fleur à cinq pétales, de couleur pâle. Jaune ou rose, généralement. Si tu as de la chance, tu pourras en trouver à l'entrée d'un des tertres de Gravskogur.


Si j'ai de la chance...


Ragnar manqua s'étouffer. On ne comptait pas impudemment sur la chance seule.

Et sinon ?

Svana eut une grimace.

Il te faudra entrer. Mais si tu rencontres des marcheurs de mort, rappelle-toi qu'ils peuvent mourir encore.

A grands pas, Ragnar se dirigeait maintenant vers le village. Il fallait des équipements. Des hommes. Partir aujourd'hui.

Je m'en rappellerai. Et je le leur rappellerai aussi.


Sa voix contenait une certitude qu'il ne ressentait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dits de la prophétesse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dits de la prophétesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» - Le réveil de la Prophétesse - La Voie du Temps, Première Partie [solo]
» Deploiement de l'Escadron Vert + Plan de la Prophétesse
» La prophétesse du culte de Kalumbra
» Inédits de Patlabor sur Mangas
» Une Sombre Prophétie...[Liibre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Les Territoires Outre-Frontières :: La Suérie :: Les Terres glacées de Yeravik-
Sauter vers: