AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Roland de Peyrefendre [Mâle] [Seigneur] [Général protecteur de la marche de l'Est]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roland de Peyrefendre
Général protecteur de Rossburh

avatar

Messages : 39

MessageSujet: Roland de Peyrefendre [Mâle] [Seigneur] [Général protecteur de la marche de l'Est]   Ven 30 Juil - 17:28

Prénom : Roland

Nom : de Peyrefendre

Statut : Seigneur : Général protecteur de la marche de l'Est

Origine ethnique : : Eiralien, originaire du Kevalis

Âge : 47 ans

Sexe : masculin

Histoire :

L'histoire de Roland de Peyrefendre est finalement assez banale. Il est le fils d'Edwin de Peyrefendre et de Lucie de Sablerive. Tous deux membres d'une noblesse de l'épée qui tirait fierté de sa loyauté et de sa bravoure depuis plus de quinze générations, ils élevèrent leur fils aîné Roland dans les règles de cette caste. Étiquette, gestion d'un domaine, mais surtout... métier des armes composèrent l'enfance de Roland.

Il apprit donc le maniement du bâton, de l'épée, de la lance, du bouclier et de la masse d'armes. L'arc et la hache furent négligés, car son père les considérait comme des armes de roturiers et donc indignes de Roland. En revanche, il apprit à monter à cheval comme s'il était né dessus.

Roland eut la chance, ou la malchance, de naître dans une époque troublée. La noblesse fut décimée lors de nombreuses batailles, laissant l'occasion à de jeunes et braves fils de seigneur de s'élever, et à de nombreux cadets, de gagner à la pointe de l'épée des terres dont le droit d'aînesse les aurait privés. Plusieurs familles s'éteignirent et des terres se libérèrent, précipitant ainsi l'ascension de Roland, bien que son mérite fût incontestable en soi.

A 15 ans, il quitta sa famille pour poursuivre sa formation auprès d'une famille alliée. Un moyen utile d'entretenir les relations, et moins irréversible qu'un mariage. Paul de Sommerest devint, en plus de son mentor, son ami. A 18 ans, alors que sa formation n'était même pas encore terminée, il fit partie des cavaliers qui repoussèrent la grande invasion lydane dans la plaine de Kevalis. Lors de cette bataille, Paul de Sommerest tomba, jeté à bas de son cheval par la horde lydane dans laquelle la cavalerie s'était enfoncée. Roland, qui combattait à ses côtés, le vit tomber, mais, lorsqu'il revint chercher son corps à la fin de la bataille, il lui fallut des heures pour retrouver celui qu'il pensait être Paul. L'homme avait une armure fracassée en de nombreux endroits, et le visage réduit par les haches lydanes et les sabots eiraliens en une bouillie à la vue difficilement soutenable. Depuis ce jour, il nourrit une haine féroce des Lydanes, et il fut de toutes les batailles, le plus souvent en première ligne.

L'année suivante, largement reconnu comme guerrier à part entière, il fit partie de l'armée qui brûla le Tarhalgor. Il voulait tenir une torche pour participer à l'incendie, mais le destin ne lui fit pas cet honneur.
Puis il combattit à nouveau sous les murs de Rossburh pour tenter d'endiguer l'armée lydane. En vain. Ce fut une amère défaite. Amère par les compagnons perdus, par la blessure à son orgueil, par la mort du roi. Au lieu de se sacrifier inutilement, il rallia, dans le chaos d'après la défaite, une centaine de fuyards, et mena une guérilla sans pitié contre les troupes lydanes au fur et à mesure qu'elles s'enfonçaient dans les terres d'Eiralie. Fin stratège, il ne perdit que peu d'hommes, et réussit à rallier plus de cinq cent fuyards pour contre-attaquer. En revanche, il refusa toute action en commun avec les milices paysannes. Travailler avec des gens qui n'étaient pas soldats de métier, sans une goutte de sang noble dans les veines, était au-dessus de ses forces.

Le roi Thomas fut impressionné par son courage et son efficacité. Après la victoire, il lui confia le commandement des hommes qu'il avait rallié. Roland de Peyrefendre se distingua alors en faisant fouetter chacun de ses soldats pour avoir fui le champ de bataille, avant de les récompenser par une somme d'or importante pour leur bravoure par la suite.

Sous le règne de Thomas, il fut promu général de cavalerie, et, à sa demande, fut posté à la frontière de la Lydanie. Il se fit d'ailleurs une réputation parmi ce peuple sous le surnom de "Tonnerre-de-Sang", nom donné en référence au bruit des sabots de la cavalerie. Les Lydanes le craignaient autant qu'ils le respectaient, car il ne faisait jamais preuve de la moindre pitié, mettant un point d'honneur à ce qu'aucun Lydane franchissant la frontière ne revienne vivant de l'autre côté.

Ses compétences tactiques et stratégiques lui permirent d'avoir des pertes très faibles. Certains le désapprouvaient en revanche parce qu'au lieu de repousser les bandes de pillards à la frontière, il les laissait passer avant de les piétiner dans la plaine. On lui reprochait donc de laisser les barbares entrer sur les terres eiraliennes. Néanmoins, sa stratégie s'avéra finalement payante et on peut lui attribuer en partie la paix relative qui règne actuellement à la frontière orientale de l'Eiralie.

Pour finir, à la mort du général protecteur de Rossburh, le roi Petrus nomma le seigneur Roland de Peyrefendre à sa suite. Celui-ci entreprit d'intensifier les entraînements au détriment de l'aspect esthétique des équipements, ne cessant de répéter qu'un soldat vivant en armure ternie était toujours plus agréable à regarder qu'un cadavre éventré en armure brillante. Encore une fois, il prouva sa férocité par des expressions percutantes, par exemple en demandant qu'on puisse nager dans le sang lydane ou faire un festival de danse sur leurs tripes. Les anecdotes ne manquent pas à son sujet, et les vétérans se font un plaisir de les raconter à qui le demande. Ils respectent leur chef, conscients que sa sévérité avec ses hommes et sa férocité avec l'ennemi sont ce qui maintient la discipline chez les Eiraliens et la peur chez les Lydanes.

Profondément dégoûté par le mariage du roi avec une femme faisant partie du peuple qu'il haïssait le plus, il garda néanmoins ses sentiments pour lui. La plupart du temps. Il évite généralement d'adresser la parole à la reine-mère Hild. Quand à Iseult... Il prêta son serment d'allégeance avec sincérité, mais aussi un profond sentiment de dégoût. Depuis, les relations sont assez tendues avec la reine et son entourage, même si Iseult respecte sa compétence et que lui reconnaît sa suzeraineté.

Aujourd'hui, Roland est marié et instruit ses trois fils comme lui-même a été instruit. Ce sont eux qui ont le traitement le plus dur parmi ses soldats. Quand à ses deux filles, elles ont toutes les deux fait un mariage avantageux, ce qui lui donne toute satisfaction.

Description physique :

Malgré son âge assez avancé, Roland a encore une démarche souple. Ses muscles, bien que moins massifs que dans sa jeunesse, restent ceux d'un soldat accoutumé à se déplacer en armure lourde et à porter une épée et un bouclier. D'ailleurs, il ne quitte presque jamais son armure, excepté pour se laver. Il reste encore vif et alerte, et un combattant plus que correct. Il refuse toute forme d'ornementation trop élaborée. D'ailleurs, même sa chambre est meublée de manière plus que spartiate, malgré la fortune dont il dispose.
Il a des cheveux grisonnants tombant sur les épaules, des yeux d'un bleu perçant. Il est de taille moyenne, mais, lorsqu'il est sur un champ de bataille, il paraît toujours un peu plus grand, car il en impose. Ses jambes sont arquées par une vie à cheval, mais personne n'en rit depuis dix ans. La dernière fois qu'un courtisan lui fit remarquer cette particularité, il le toisa d'un air méprisant en lui disant que c'était la marque d'une vie passée à combattre au service de l'Eiralie, avant de faire remarquer que les jambes du plaisantin étaient tristement droites et maigres comme des brindilles.

Description psychologique :

De son passé, Roland de Peyrefendre a gardé une haine brûlante et tenace pour les Lydanes. Aussi hait-il Hild et Alric, le garde du corps lydane d'Iseult. Pour la reine, il fait une exception, même si tout son être se révolte contre un tel sacrilège. Une lydane sur le trône d'Eiralie ! Une femme, qui plus est !
Car Roland a gardé de son éducation traditionaliste des opinions très tranchées sur la place de la femme. Et il considère que ce n'est pas dans la politique ou sur les champs de bataille, mais dans la maison qu'elles doivent jouer leur rôle. Malgré tout ce qui l'oppose à Iseult, il n'étale que rarement sa rancœur en public, d'autant qu'il n'a objectivement rien à lui reprocher. Néanmoins, peu au fait des subtilités oratoires et des intrigues de couloir, il lui arrive d'être assez "direct", voire agressif, lors des conseils des seigneurs.
Il est pour lui impensable de rompre une allégeance et il mourrait sans hésiter pour protéger Iseult. En revanche, il ne serait pas difficile de le convaincre de la mettre à l'écart, ou sous le contrôle d'un mari. D'un sang purement eiralien, cela va de soi. Ceci afin que les rênes du pouvoir reviennent à un mâle eiralien.


Vassal de : la reine Iseult

Région de la seigneurie :
Avranie

Nom de la seigneurie : Peyrefendre

Description de la seigneurie :

Située à l'ouest de la plaine du Kevalis, la seigneurie de Peyrefendre est un domaine vaste et ancien. Il s'étend sur une grande superficie et comprend une population de l'ordre de quinze mille habitants dispersés dans des villages et des coopératives agricoles, ainsi que quelques villages là où naissent les contreforts de l'Avranie. C'est aussi là que se situe le château familial des Peyrefendre.
Celui-ci garde l'un des accès principaux à la ville de Falyse, par la route de l'Est, et prélève un droit de passage modique en échange d'une escorte sur le domaine pour ceux qui la demandent.

Si, depuis des générations, les hommes de la famille de Peyrefendre sont de redoutables guerriers montés, la raison en est que l'élevage de chevaux, et tout particulièrement de chevaux de guerre, est une spécialité est une source de revenus importante pour le domaine. Le reste de l'argent vient de l'agriculture, dans l'est du domaine, et, dans une moindre mesure, du bois de construction coupé sur les collines.

Pour les habitants du domaine, les impôts sont relativement élevés, en revanche, les finances du domaine prennent en charge, en plus du maintien des routes et de la sécurité, les destructions de récoltes lors d'aléas climatiques ou de pillages (cas exceptionnel aussi loin à l'intérieur des terres, la dernière incursion remontant à la guerre sainte lydane).

Pour un étranger, les habitants de l'est du domaine sont relativement accueillants : vivants en villages centrés sur une ferme commune, ils apprécient généralement les visites et se montrent hospitaliers envers les étrangers (exception faite, une fois encore, des Lydanes, les blessures du passé mettant du temps à se refermer). En revanche, à l'ouest, dans le cœur historique du domaine, ils sont nettement plus fermés et le contact est généralement rugueux et difficile. Sans doute en partie parce que la nourriture y est moins abondante, et qu'ils ont donc moins envie d'inviter un étranger à leur table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iseult d'Higden
Reine d'Eiralie

avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Roland de Peyrefendre [Mâle] [Seigneur] [Général protecteur de la marche de l'Est]   Dim 1 Aoû - 23:26

Je confirme que Roland de Peyrefendre est à mon service en tant que général chargé de la sécurité de la frontière orientale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Roland de Peyrefendre [Mâle] [Seigneur] [Général protecteur de la marche de l'Est]   Lun 2 Aoû - 22:19

Validé, mon général !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Roland de Peyrefendre [Mâle] [Seigneur] [Général protecteur de la marche de l'Est]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Roland de Peyrefendre [Mâle] [Seigneur] [Général protecteur de la marche de l'Est]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» le trone du seigneur demon!
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Un mod du seigneur des anneaux
» Mini Jeu le Seigneur des Anneaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: