AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor d'Ombreval
Comtesse

avatar

Messages : 597

MessageSujet: Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]   Jeu 29 Juil - 4:03

Prénom : Aliénor
Nom : d'Ombreval

Statut : Dame

Age : 20 ans
Sexe : Féminin

Histoire :
La vie est injuste.
Au moment où l'on croit enfin toucher la liberté du doigt, un parchemin malodorant tiré d'on ne sait quel coffre verrouillé vient vous l'ôter de la manière la plus odieuse qui soit. Je hais les testaments... Surtout les dernières clauses des derniers paragraphes...

L'avenir me souriait, enfin, et il a fallu que ce vieil imbécile à la cervelle plus qu'à moitié cariée joue les tyrans posthumes. Si seulement il pouvait crever une seconde fois... Quoique non, l'odeur qu'il répandait sur la fin était par trop fétide.

N'ai-je pas été une fille parfaite, pourtant ? Toujours à ses côtés, même à la fin, dévouée et patiente, souriante même quand ses crises de folie le faisaient baver et hurler ses litanies d'injures à faire rougir un charretier... N'en ai-je pas assez enduré, pour mériter enfin d'être maîtresse de mon propre destin ? Pourquoi a-t-il donc fallu que mon père soit à ce point borné, rigide et confit dans ses certitudes dépassées qu'une fille ne peut gouverner son destin... Que n'ai-je imaginé qu'il allait détruire tous mes espoirs avec ces convictions désuètes, je lui aurais vanté notre reine, si sage et glorieuse, et peut-être aurait-il compris... Mais à la fin il était trop dément pour comprendre quoi que ce soit... La peste soit de ce vieil ours enragé. J'en pleurerais.

Mon frère Aymard ne peut hériter depuis la tombe où l'a jeté une mort imbécile. Ma mère n'est plus depuis fort longtemps, et je n'ai point eu d'oncles. Je suis Dame d'Ombreval, de plein droit. De plein droit... Maudit soit-il par-delà la mort. Maudit... Si seulement mon fiancé Sigismond avait moins aimé la chasse, je serais mariée aujourd'hui, et tout ceci serait sans objet. Je n'aimais pas cet arrogant jeune fils de seigneur, ni ses manières douteuses. Je n'avais que douze ans, et il cherchait déjà à embrasser ma poitrine, sous prétexte que nous serions mariés dès ma majorité. Qu'importe, il m'aurait prise, je lui aurais donné un ou deux marmots, puis j'aurais quitté Vieu-Roc et regagné Ombreval en prétextant une santé fragile... Peut-être serait-il également mort aujourd'hui, mais une veuve a plus de droits qu'une fille.

Mais je suis encore fille. La démence de mon père l'a empêche de conclure d'autres alliances pour moi, à la mort de Sigismond, il y a quatre ans. Par Dieu je suis Dame d'Ombreval depuis qu'Aymard a succombé ! Il y a plus de trois ans que j'assume seule toute la charge du domaine, et on prétend me dire que je ne suis pas assez capable pour continuer, parce qu'aucun homme n'a plus de droits sur moi ? C'est intolérable, injuste, révoltant.


Ainsi grondait Aliénor du fond de la voiture qui l'emmenait au Palais de la Reine, où la confinait le testament de son père, jusqu'à ce qu'elle prenne époux... Le galop des quatre chevaux noirs faisait écho à l'orage dans son coeur, à la colère et à la déception... Depuis quatre jours qu'on lui a lu ce testament, elle ne parvient ni a dormir, ni à manger, tant sa fureur est sans bornes.

Il est heureux que ce maudit parchemin ne m'envoie pas résider dans quelque couvent austère à y attendre qu'un homme daigne venir m'y chercher. Au moins il m'envoie chez la Reine... Une chance qu'il lui accorde, à elle, la confiance qu'il m'a refusée. Elle est reine et pourtant femme. Et moi je ne peux être Dame de mon domaine qu'enchaînée à un époux... Ah je le déteste déjà, celui-là, de toutes mes forces.

Elle serre les dents, adossée à ses coussins, remâchant sa frustration et sa peine. Elle évite de regarder par les fenêtres défiler les doux paysages qu'elle aime de tout son coeur. Son domaine, confié à un intendant... Les riches forêts, les prairies vertes et grasses, les cours d'eau poissonneux où elle aimait à se baigner enfant... Les lacs profonds, les falaises blanches... Ombreval la riche... Point de famines, point de maladie, point d'hivers rigoureux. Mais des convoitises, à foison. Pour les riches greniers toujours pleins à craquer, certes, mais surtout pour les mines d'argent qui semblent inépuisables. Ombreval la belle... laissée à un compteur d'or au visage de fouine malade. Elle le hait.

Pourvu que la Reine, qu'elle connaît de longue date, parvienne à dissiper l'humeur si sombre de sa jeune compagne... Tous les longs séjours qu'Aliénor a passés au Palais en qualité de demoiselle de compagnie ont noué entre elles une douce amitié, un baume sur le coeur de la jeune femme, de savoir qu'au moins on la contraint à rejoindre un lieu qui lui plaît, et une présence agréable.

Mais quitter Ombreval... Quand pourrai-je enfin y revenir ?... Dans combien d'années ?

Elle soupire. Elle ferme les yeux, car son coeur se serre. Elle a reconnu au passage la Roche-aux-Colombes. Dans quelques minutes son domaine sera derrière elle. Et elle entrera en exil, un exil doré, certes, mais pas moins amer pour autant...

Description physique :
Il est facile de décrire Aliénor, même quand on ne l'a jamais vue. Les poètes itinérant passés par Ombreval un jour ne chantent plus d'autre complainte que celle de leurs pauvres coeurs brisés à la vue de sa beauté radieuse et inaccessible... Et ceux de cette race connue pour aimer imager un propos mille fois exagéré, cette fois, ont du mal à trouver les mots justes... On conte même l'histoire de ce jeune Quentin, joueur de luth joyeux et aimable, qui se jeta dans un lac et s'y noya, désespéré d'être resté muet sous son regard...

Aliénor est belle. Il n'y a pas d'autre mot. Une torture pour les rimeurs... alors ils ajoutent les détails, parlent de sa tête fière et d'un blond de soleil d'hiver, argenté. Ils parlent de ses yeux aigue-marine, clairs comme les eaux d'Ombreval, aussi purs et transparents... Ils chantent son teint diaphane, délicat comme une première neige et aussi velouté... Ils s'extasient sur sa voix fraîche et pure comme l'eau des torrents, sur la douceur de son sourire. Et même les plus grivois n'osent salir de mots lestes la perfection de sa silhouette, droite et élancée, la taille mince et la gorge ronde, les poignets graciles et les pieds menus...

Oui, elle est belle. Sans doute se ronge-t-elle pour rien. Si l'opulence d'Ombreval n'avait pas suffi à attiser les ardeurs de moult prétendants, sa personne seule y suffirait.. Nul doute qu'elle ne restera pas longtemps fille... Ombreval trouvera bientôt un seigneur. Et Aliénor un mari...

Description psychologique :
Une fille de seigneur reçoit une éducation poussée... même si elle est plus poussée vers les arts d'agréments que vers les arts guerriers. Aliénor connaît la danse, elle sait chanter et jouer de plusieurs instruments de musique. Elle sait lire, car son père pour s'être fait rouler par un intendant peu scrupuleux, a compris l'utilité de pouvoir contrôler lui-même les écrits qu'on lui présente. Et elle a décidé au cours de la longue maladie de son père de se faire enseigner par le maître d'armes du château les rudiments du maniement de l'épée. Il se trouve qu'elle y a montré quelque talents, et y a trouvé un plaisir certain, tout comme à monter à cheval à califourchon et pouvoir ainsi partager de longs galops enivrants avec Hécate, fougueuse pouliche au sang trop vif pour être conduite depuis une selle de dame... Hécate qui trotte avec son escorte, menée à la longe par l'un des serviteurs.

Aliénor sait le pouvoir d'un doux sourire et d'un parler gracieux, mais au fond d'elle elle se sait capable de se conduire en seigneur tout aussi bien qu'un homme, elle s'en sent la poigne et la dureté d'âme, l'intelligence et le discernement. Et elle l'a prouvé, pendant ces trois années où elle a veillé seule aux destinées de son domaine, jeune fille d'à peine dix-sept ans revêtue du noir du deuil de son fiancé, et de son frère peu après...

Feu son père l'envoie attendre sagement un époux dans la cage dorée du Palais de la reine... Mais se doute-il que sa fille n'est pas une colombe ? Encage-t-on un épervier ?...



*** Réservé aux seigneurs ***


Suzerain de : Cela reste à voir...
Maître de : Judith
Vassal de : la Reine

Région de la seigneurie : Les Terres Méridianes
Nom de la seigneurie : Ombreval

Ombreval se trouve à l'Ouest des Méridianes, contre le Soleann, en bord de mer. Le domaine comporte de vastes étendues de collines, partiellement boisées, partiellement cultivées ou utilisées en tant que pâtures. Les principales richesses en sont l'élevage des chevaux (le sang des chevaux d'Ombreval vient en partie des terres de l'Albad-Ryah, les chevaux qu'on y élève sont plus vifs, plus fins, plus petits que la moyenne des chevaux eiraliens, et incontestablement plus rapides) et la récolte des perles.

La principale cité du domaine est le port de Savril, mais un bourg important, Mirevan, dessert l'intérieur des terres, et notamment le Castel seigneurial.


Dernière édition par Aliénor d'Ombreval le Jeu 31 Jan - 23:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 356

MessageSujet: Re: Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]   Dim 1 Aoû - 23:17

Juste une petite confirmation de la part de Judith et une description du domaine et ce sera parfait Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judith

avatar

Messages : 36

MessageSujet: Re: Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]   Lun 2 Aoû - 14:41

Je confirme qu'Aliénor est bien ma maîtresse et que je suis sa servante... dévouée. Si, si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 356

MessageSujet: Re: Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]   Lun 2 Aoû - 22:09

Okii... validas validatum (je sais pas si ça veut dire quelque chose mais ça sonne super bien).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aliénor d'Ombreval [Dame] [Femme]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» - Event II - Jolie Jeune Femme... Fatale !
» LA FEMME QUI VOULAIT RESSEMBLER A UN FELIN
» Dame Destin est une femme très taquine ! [Pv Shion]
» Compliments à ma femme et à ses Léopards

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: