AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réveil impromptu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Réveil impromptu   Mar 27 Juil - 14:06

Ragnar se réveille au beau milieu de la nuit. Du moins, il suppose que c'est le beau milieu de la nuit. Sur l'île de Falr, il avait la lumière de la lune et des étoiles passant par sa fenêtre pour se faire une idée de l'heure de la journée. A Yeravik, le climat rigoureux impose l'absence d'ouvertures. Donc de repères pour savoir quelle heure il est. La seule lumière à disposition est celle, faible et tremblotante, des torches du couloir, qui forment un léger rai de lumière sous la porte.
Une seule certitude, dictée par les sens de Ragnar : il est très tard. Mais pas encore assez tôt pour se lever.

Il se tourne vers Sahnnâ, qui dort paisiblement à côté de lui, la tête rejetée légèrement en arrière, gorge offerte. Il la contemple un instant à la lueur du couloir qui frise sa peau. Il y a quelques semaines, peu après l'avoir capturée, le jarl avait été choqué de l'expression de triste lassitude qui envahissait le visage de l'esclave lorsqu'elle dormait. Il lui semble que cette expression s'est beaucoup atténuée maintenant. Même s'il est difficile d'en avoir le cœur net, vu la lumière.

Plusieurs semaines... il la possède depuis... un bon mois ? Et n'a eu recours à elle pour son plaisir que trois fois. C'est peu. Même quand on a décidé que son existence devait être déterminée par des décisions mûrement réfléchies et non de simples pulsions. Une de ses simples pulsions qui se réveille maintenant dans le cœur de Ragnar.

Un désir qui émerge. Pas la flamme douce et réconfortante du désir mêlé de tendresse de tout à l'heure, non. Plutôt un feu dévorant qui se répand à toute vitesse, embrasant tout ce qu'il touche. Ragnar hésite à y céder. Mais, après tout, quel mal y a-t-il ? Et il risque de mal dormir s'il ne l'assouvit pas. La tension fait déjà trembler ses mains. Demain, il y a banquet. Il ne faut pas arriver à un banquet mal reposé. C'est important. Pas tant que ça ? Si, c'est important ! Vital. Capital. C'est une fonction parmi les autres que Sahnnâ est capable de remplir. Le procédé est un peu inhabituel mais il est probable qu'elle aura à cœur de remplir son devoir.

Ragnar saisit le collier, ce fameux collier qui lui permet de parler avec ses mains. Tourne Sahnnâ sur le ventre. Tandis que sa main claque, fermement mais sans violence, une fesse de l'esclave, simplement pour la réveiller. Et que son genou s'aventure déjà entre ses cuisses, préparant le passage.
"Viens ici, Sahnnâ. Ton maître a encore besoin de tes services".

Voix rauque, impérieuse. Vibrant d'un désir difficilement contenu. Etrange que le même désir soit si tendre à un moment, si furieux quelques heures plus tard. Mais Ragnar n'a pas l'intention de trop réfléchir sur cette énigme. La bête gronde et il convient de la satisfaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahnnâ

avatar

Messages : 142

MessageSujet: Re: Réveil impromptu   Mar 27 Juil - 14:07

Un vrai lit, le premier depuis un peu plus d'une semaine. Elle dormait profondément, ça peut excuser sans doute qu'elle ne s'éveille pas vraiment quand il la retourne. Tant mieux d'ailleurs, si elle avait bougé, elle aurait entravé le mouvement. Là, Elle a roulé sur le côté, puis sur le ventre, avec juste un petit murmure ensommeillé.

La claque, par contre, a plus d'effet. Elle se cabre avec un hoquet de surprise, un drôle de petit son aigu, plutôt comique, musical pourtant. Une jambe étendue, l'autre repliée sur le côté, elle redresse le buste, en appui sur les coudes, tourne un visage un peu ahuri et noyé de cheveux emmêles vers son maître. Elle n'a pas eu mal, mais elle a trop peu connaissance de ce genre de choses pour comprendre le sens de cette claque, et il y a plein d'interrogations dans ses yeux.

- ... Maître ?...

... t'ai-je déplu ? Est-ce que je ne me suis pas éveillée assez vite ? Est-ce que...

Nouveau hoquet, plus discret, quand deux fortes mains viennent lui empoigner les hanches et les tirer vers l'arrière. Elle ne s'oppose pas, évidemment, mais elle n'a pas encore identifié ce qui teinte la voix de Ragnar, elle est encore à moitié dans son rêve, et pour l'autre moitié, toujours allongée sous lui à goûter ses mouvements lents, fluides, insupportablement doux. Peu importe qu'elle n'ait pas vécu cette fois l'éblouissement écrasant de la première fois, elle s'en moque, la sensation de sa jouissance à lui est infiniment plus précieuse. Elle lui a obéi, tout le corps encore vibrant de désir, et est revenue se couler dans ses bras, ensuite, comme il le lui ordonnait. Insatisfaite, mais parfaitement sereine, heureuse, apaisée.

Le contraste est presque inconcevable. Pourtant, elle finit par comprendre, quand elle se retrouve sur les genoux et les coudes, la croupe offerte.

Sa voix...

... oui. Et quelque chose dans l'air. Qui en appelle à un instinct qu'elle ignore encore posséder. Ses mots trouvent leur sens, enfin, mais c'est l'accent de désir dans sa voix qui lui fait cambrer les reins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Re: Réveil impromptu   Mar 27 Juil - 14:09

Il y a eu d'abord une résistance. Oh, légère. Celle de toute personne qui est surprise en pleine nuit, alors qu'elle est encore ensommeillée et a un réflexe de résistance. Puis la compréhension de ce que désire Ragnar. Peut-être était-elle perdue dans un rêve... Reste que, maintenant, Sahnnâ est bien réveillée, et prête à accomplir ses devoirs. Le jarl l'a ressenti, lorsque cette résistance à sa pression s'est brutalement effondrée, pour devenir une participation active à l'acte en préparation.

Des reins se sont cambrés, une croupe s'est redressée, s'est offerte. Des cuisses se sont écartées. Le jarl saisit la chevelure abondante de l'esclave, qui s'est répandue sur ses épaules lors de son sommeil. Patiemment, réunit une à une les mèches, les rapprochant pour les empoigner dans sa main gauche. Les maintenant en une bride improvisée, et bien inutile. Mais son désir s'accompagne de l'envie impérieuse de maintenir, de saisir, de maîtriser. Il ignore temporairement l'érection qui a atteint son apogée en quelques instants. Il saura bien l'exploiter plus tard. Jusqu'à ce que tous les cheveux soient réunis dans sa main. Qu'il tire doucement vers lui. Amplifiant la cambrure que Sahnnâ lui avait spontanément offert. De son autre large main, à droite, il saisit le bassin de l'esclave. Appuyant en même temps dans le creux de ses reins, la forçant encore plus à sortir la croupe. Tendant le corps frêle de l'esclave comme un arc, le modelant de ses deux puissantes mains.

Un instant d'hésitation. Sahnnâ n'a encore jamais eu l'habitude d'une telle brutalité. Même lorsqu'il la punissait. Le jarl reste immobile quelques secondes. Ecoutant simplement le souffle saccadé de l'esclave surprise qui fait écho au sien...

Puis il s'avance d'un coup. Pénétrant Sahnnâ en profondeur, avec une brutalité tout juste contenue pour ne pas la blesser. Et, très vite, il se retrouve le ventre contre les fesses de l'esclave. Une envie furieuse de la labourer, de la fouailler jusqu'au plus profond de son être. Un coup de bassin arrache un gémissement à l'esclave, poussant sur son bassin alors que les deux mains du jarl l'immobilisent avec une efficacité dénuée de tendresse comme de cruauté. Un court répit avant qu'il ne repasse à l'attaque. Jouissant de sa force et des immenses tremblements qu'il arrache au corps pantelant de Sahnnâ. Encore une fois, il repasse à l'attaque. Sahnnâ ne peut bouger, seulement accepter ses coups de boutoir, et en profiter si elle le peut. Le reste... est entre les mains de Ragnar. Qui se crispent, qui s'ancrent dans la peau de l'esclave comme son membre entre ses cuisses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahnnâ

avatar

Messages : 142

MessageSujet: Re: Réveil impromptu   Mar 27 Juil - 14:10

Elle ne le voit pas faire, évidemment, mais elle a d'autres sens que la vue. Il tire sur ses cheveux, juste assez pour l'empêcher de pencher la tête ou de la tourner. Les mèches lui frôlent les épaules et le dos, il les rassemble méthodiquement, avec une patience insupportable... parce qu'elle le sent. Là, contre sa fesse, une pression chaude et vibrante. Aussi chaude, aussi vibrante qu'elle. Elle dormait il y a quelques secondes. Elle ne dort plus, elle l'attend, exposée, immédiatement accessible.

Traction sur ses cheveux, elle relâche le cou et se courbe en arrière, se demande un moment si il veut qu'elle se redresse, mais son autre main appuie dans le creux de son dos, la force à s'arquer davantage. Il n'est pas brutal. Mais elle se sent prisonnière, plus qu'elle ne l'a jamais été. Tendue, immobilisée, elle se sent le coeur battant, anxieuse, sans raison. L'obscurité. Le silence, seulement peuplé de son souffle profond, et du sien, trop rapide. La pression impatiente qui a glissé entre ses fesses, et qu'elle attend. Elle ne comprend pas pourquoi il la courbe de la sorte, elle peut se courber d'elle-même, pourquoi l'y contraindre alors que...

Un gémissement, de la surprise encore, presque de la peur, pas tout à fait de la souffrance. Il vient de la pénétrer d'un seul coup, rapidement, profondément. Et même, plus profondément que jamais. C'est la posture. Elle est différente, plus offerte, elle lui permet d'aller plus loin. Elle sent son ventre contre ses fesses, juste avant qu'il recule et s'enfonce à nouveau. Brutal. Et puis encore. Et encore.

Chaque coup, un gémissement haletant. Les yeux grands ouverts dans le noir, la nuque douloureuse et les cuisses tremblantes, elle encaisse ses coups, les chocs profonds qu'il lui inflige, et essaie de ne pas perdre pied.

C'est le même homme. Le même. Il était déjà rude la première fois, c'est juste...

... très différent. Il était rude mais tendre quand même, attentif, et il n'y a nulle tendresse, nulle attention dans la manière qu'il a d'user d'elle en ce moment. Même... comment le sait-elle, c'est difficile à imaginer, mais la prise qu'il maintient soigneusement, l'espacement des coups...

Il aime ça. Il savoure. Autant je savourais sa douceur, la fois d'avant. Il goûte sa propre force, son pouvoir. Pas celui d'ordonner et être obéi. Saisir et posséder. Voilà ce qu'il veut, cette nuit.

Elle tremble entre ses mains, vibre à chaque coup, ne peut retenir ses gémissements, ni y gommer la note de peur, incontrôlable. Elle sait, alors qu'un nouveau coup plus violent lui arrache un cri rauque, qu'il lui suffirait de tirer un peu plus fort pour lui briser le cou. Il ne le fera pas, bien sur que non, mais ce savoir lui tord le ventre d'une frayeur irraisonnée. La frayeur... elle a la peau moite, les seins tendus et irrités, des élancement à chaque frottement contre les fourrures. Sous la grande main qui lui écrase les hanches, une chaleur de lave, épaisse et fluide. La frayeur... Loin de tuer son plaisir, elle l'attise. Agenouillée dans les fourrures, elle ressent sa force dans tout son corps ployé, sa puissance à chaque coup qui ébranle sa chair. Il l'éperonne, la poignarde, la pilonne comme s'il voulait la faire céder. Et elle ne sait plus quoi lui céder, alors elle tremble, gémit, essaie de ne pas se débattre...

Les ténèbres permettent tous les songes et la frayeur aime s'y lover... Son maître a disparu, il y a un démon à sa place, immense et puissant, agenouillé contre elle, il la contraint à rester ouverte et immobile, et il la pioche brutalement de son sexe démesuré. Et elle, elle se demande si il va la tuer ou pas. La chaleur dans ses reins s'est propagée, elle le sent glisser en elle plus facilement, et donc plus loin encore, plus vite, et ses gémissements gagnent en raucité. Elle l'imagine derrière elle, semblable à celui qui l'a prise tout à l'heure avec tant de suave douceur, oui, semblable en tout point à part l'éclat rouge de ses prunelles, et le pli dur de sa bouche. Le coup suivant lui arrache un cri aigu. Un spasme de tout le corps. Une sensation qu'elle reconnaît, et elle ne peut y croire...

Le démon qui est son maître la tient prisonnière de ses mains, la fouille de son désir impérieux et brutal, au mépris de ses peurs, au mépris de tout son être, il l'utilise pour son plaisir, avant sans doute de boire ses larmes et de dévorer sa frayeur, comme font les démons. Le songe et la peur s'entremêlent et s'enroulent dans son ventre, spirale de lave rouge et pulsante, se serrent au creux de sa chair autour du sexe impitoyable qui continue à la heurter, se serrent de plus en plus, jusqu'à la douleur.

Puis la spirale se brise et elle suffoque, disparaît au sein du spasme qui efface tout, frayeur et songe. Il n'y a plus que la pulsation et le cri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1417

MessageSujet: Re: Réveil impromptu   Mar 27 Juil - 14:11

Les coups de reins deviennent de plus en plus intenses, de plus en plus puissants. Le jarl se sent comme s'il allait d'un instant à l'autre transpercer Sahnnâ de part en part. Et ses coups de boutoir finissent par atteindre leur paroxysme, alors que l'esclave n'est plus qu'un morceau de chair tendre, frêle et pantelante. Qui ne peut lui échapper. Ne le voudrait même si elle le pouvait. Les protections de Sahnnâ entièrement abattues, l'esclave est maintenant totalement offerte à lui. Et Ragnar use sans pitié de ce pouvoir qu'elle lui donne sur elle. A peine, dans la tempête furieuse de son désir, subsiste une vague préoccupation : celle de ne pas trop blesser.

Il est Ragnar Herteitr et elle est Sahnnâ la Solhayma, sienne. Il ne doit pas lui faire trop de mal. Mais c'est une ébauche de pensée, rien de plus. Le dernier principe qui surnage. Et finit d'ailleurs par disparaître, englouti par les vagues de l'orgasme qui se répand en lui. Dans un état proche de la transe berserk, Ragnar renforce encore sa prise sur le bassin de l'esclave, avant de jouir en elle, sensation très facile à reconnaître. Avec un grand cri, il sent sa semence se mêler au flot de désir de Sahnnâ. Encore quelques coups de reins, ensuite. Mais la plus grande partie est passée. Le jarl se dégage d'un coup, et sent tout à coup la honte l'envahir, en même temps qu'une lourde chape de lassitude vient s'abattre sur lui.

Il se laisse rouler sur le côté, tout à coup silencieux. Il n'aurait pas dû faire cela. Céder ainsi à son désir, se laisser envahir par lui, au point de brutaliser une esclave qui n'a encore que peu d'expérience dans les choses de l'amour. L'espace d'un instant, il a presque envie de s'excuser. Presque. Mais ce serait inutile, voire pire. Le problème n'est pas Sahnnâ. Une esclave est là en partie pour satisfaire les appétits charnels de son maître. Même Sahnnâ, qui a bien d'autres compétences, ne peut échapper à ce rôle. Et cela implique d'accepter parfois la brutalité. Non, le problème ne vient pas de là.
Le problème est que Ragnar ait perdu à ce point son empire sur lui-même. Cela ne peut être toléré. Se noyer complètement... C'était agréable... Plus qu'agréable. Mais dangereux, aussi. Il lui faudra réfléchir à tout cela, mais plus tard.

Il se tourne vers Sahnnâ, affalée sur le ventre. Une main passe à travers ses cheveux, rejetant quelques mèches sur le côté, pour atteindre son visage. Passe sur sa joue, jusque sous ses yeux. Pas de larmes. C'est déjà ça. Il déplace sa main. La pose sur son épaule. Attire l'esclave vers lui. Doucement. Il faudrait la caresser, la rassurer un peu... Mais, à ce moment précis, Ragnar ne ressent aucune envie de rassurer qui que ce soit. Alors, il se contente de la serrer contre lui, silencieusement, sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahnnâ

avatar

Messages : 142

MessageSujet: Re: Réveil impromptu   Mar 27 Juil - 14:11

Le calme est revenu, presque surnaturel après toute cette intensité. Elle l'a senti jouir en elle, à ses coups frénétiques et à la prise de sa main sur sa hanche, devenue convulsive, douloureuse. Son cri aussi, grondement de fauve au moment de la mise à mort. Peu après il la repousse et s'arrache d'elle, et elle se laisse glisser dans les fourrures, hors d'haleine, le corps moite et endolori. Son esprit aussi est comme engourdi, brumeux, assommé par le choc... le réveil brutal, la violence insoupçonnée, l'intensité de ses émotions, de ses sensations, jusqu'à cet orgasme féroce qui lui a consumé la chair... et puis cet abandon presque plus brutal que le reste.

Il reste immobile longtemps, et elle aussi, elle écoute son souffle et essaie de contenir le sien. Puis elle sent sa main la chercher à travers sa chevelure emmêlée, lui frôler la joue, la pommette... Puis gagner son épaule, et l'attirer à lui. Elle s'est crispée, involontairement, mais son geste est doux, alors elle se soulève et rampe vers lui. Il referme les bras sur elle, ne dit pas un mot. Et c'est exactement ce dont elle avait besoin.

Les yeux fermés, le visage pressé contre son épaule, blottie contre sa poitrine, elle l'écoute respirer, goûte sa chaleur, sa force maintenant apaisée. Elle goûte la raideur de son mouvement, son immobilité, son silence... des indices, pour elle, qu'il sait, qu'il s'est rendu compte... Ce qu'il vient de faire n'était pas anodin, pas commun, pas juste un jeu. Il a été violent, effrayant, d'une brutalité que même les animaux n'ont pas, et il le sait. Sans quoi ses gestes auraient été différents quand il l'a prise dans ses bras, plus détendus, alanguis, satisfaits.

Il n'est pas satisfait. Son désir l'est, sans doute. Mais lui, il n'est pas en repos. Elle le sent. Et elle non plus... Elle ne comprend pas comment elle a pu tellement aimer sa douceur d'avant, et ressentir un plaisir aussi foudroyant à présent. C'est totalement antagoniste... ou peut-être que non. Elle n'y voit pas clair, elle est perdue...

Alors elle abandonne. Elle se niche plus étroitement contre lui, cherche sous son front le creux de sa gorge, ferme les yeux, laisse un petit soupir s'échapper de sa poitrine. Et laisse le sommeil la recouvrir par vagues lourdes et chaudes, progressivement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réveil impromptu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réveil impromptu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Impromptu, si on peut dire. [Dudu/Eva/Ezio]
» Le réveil [Boule Epineuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Les Territoires Outre-Frontières :: La Suérie :: Les Terres glacées de Yeravik-
Sauter vers: