AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elle est du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1408

MessageSujet: Elle est du Nord   Mar 11 Fév - 18:46

Ragnar tangua jusqu'au lit, et s'y assit pesamment. Le bois grinça sous son poids, et il eut un grognement.

Je suis totalement ivre.

Il ne s'aperçut qu'alors de la présence de Sahnnâ. Il lui revenait qu'il avait clairement laissé entendre qu'il lui serait agréable de la retrouver réchauffer sa couche après le repas. Mais, évidemment, à ce moment, il pensait qu'il serait capable de faire ce qu'il comptait faire... Il en était moins certain à présent. On aurait pu se dire que peu importait, elle serait toujours là demain. Mais une chose que la Suérie enseignait à ses habitants, c'était qu'il fallait faire les choses qu'on souhaitait rapidement, parce que, justement, les gens n'étaient pas forcément là le lendemain.

Il fit un geste, indiquant à Sahnnâ de lui retirer ses bottes. Pendant qu'elle s'exécutait, il l'examina une fois de plus. Oui, le Nord avait consumé la faiblesse et les douces rondeurs de son corps. La Suérie produisait des loups au regard intense et au corps sec et noueux. Il n'y avait pas de possibilité de s'adoucir, de s'engraisser. Et les étrangers qui prétendaient apprivoiser ce pays n'avaient d'autre choix que de s'y adapter, ou de mourir.

Tu es devenue plus suérie, ces derniers temps. Après ta maladie.

Le changement lui avait réussi, mais il était inutile de le mentionner. La remarque n'appelait pas nécessairement de réponse, c'était un constat plutôt qu'une question. Aussi le jarl poursuivit-il.

Tu t'es bien comportée, ce soir.

Sa main flatta la chevelure de l'esclave pendant qu'elle s'affairait. Il se laissa tomber en arrière sur le lit.

Tu sais ce qu'étaient ces gens. Qu'en as-tu pensé ? Qu'as-tu pensé de ce qui s'est passé ce soir ?

Cela intéressait le jarl d'avoir un autre avis. Son père lui avait soigneusement enseigné une des plus dures leçons de sa vie, à savoir qu'un seigneur avait des vassaux, des serviteurs, des esclaves ou des ennemis. Mais pas d'amis, sinon sa propre famille. Cette conviction, souvent confirmée par l'expérience, rendait délicat de demander son conseil à autrui, et le cercle de ceux dont Ragnar écoutait les avis était plus que restreint. Il était temps de voir si Sahnnâ pouvait rentrer dans le dit cercle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahnnâ

avatar

Messages : 142

MessageSujet: Re: Elle est du Nord   Jeu 20 Fév - 22:05

Sahnnâ l'avait senti dès le début, que cette soirée étrange serait une épreuve. Elle a enduré les regards insondables d'Einar, la curiosité acérée d'Eivind et le rejet massif du géant Asbjorn avec l'impassibilité doucement souriante de l'esclave parfaitement éduquée qu'elle est. Ils sont libres de poser leurs yeux où bon leur semblera, tant que leurs mains ne suivent pas le même chemin, c'est ce qu'on lui a inculqué, et ce qu'elle a appliqué ce soir-même.

Mais le regard des gens ne la dérange pas autant, d'habitude. Là, on aurait dit qu'ils la scrutaient et cherchaient quelque chose en elle, pour expliquer le fait qu'elle ait esquivé leurs attouchements avec autant de facilité. Elle leur aurait volontiers expliqué, si on lui avait posé la question, qu'après des années à aiguiser ses perceptions, son équilibre, la conscience de son être sur le sol et dans l'air qui l'entoure, elle est capable de sentir la chaleur de leur corps, la vibration de leur vie, depuis bien plus loin qu'elle ne l'était quand elle a évité les mains tendues d'Eivind et d'Einar. Ca fait partie de son entraînement, ce n'est rien de bien surprenant.
Ou peut-être que si.

Pendant que les hommes devisaient sur leurs projets de conquêtes, Sahnnâ, silencieuse, a commencé à se poser des questions. Sur elle, sur sa formation à l'école, sur les différences entre elle et les autres. Sur sa solitude. Ce sont des questions qui n'ont pas de réponses et qui ne peuvent que la tourmenter, pourtant ce soir elle ne parvient pas à les écarter. L'Art est silencieux en elle. Alors elle détourne ses pensées pour écouter les hommes et s'immerger dans leur conversation. Pour comprendre mieux en quoi ils troublent sa quiétude, il faut commencer par mieux les connaître. Et là elle remarque que leurs regards sur elle ne sont pas ce qui la perturbe le plus.

Longtemps après, elle ne sait toujours pas quoi penser d'eux, et ce qui est plus dérangeant, elle se sent vaguement effrayée, menacée, par tout ce qu'elle ignore. C'est inhabituel et ça la perturbe. Aussi les questions de Ragnar, affalé en arrière dans les fourrures tandis qu'elle lui ôte ses bottes, lui font-elle, très brièvement, pincer les lèvres. Elle ne sait pas quoi répondre. Alors autant répondre la vérité, ce qu'elle fait d'une voix mesurée, un peu sourde.

- Ils me font peur, Maître.

La jeune fille sent Ragnar se raidir et se rasseoir. Sans doute que l'usage du "Maître", qu'elle emploie très peu quand ils sont seuls, a attiré son attention autant que les quelques autres mots. Il n'y avait pas de calcul de sa part là-dedans pourtant. C'est venu naturellement. C'est d'autant plus étrange. Ce besoin d'exprimer à la fois un besoin de protection et une forme de possession. "Mon" Maître. Des mots qu'on prononcerait avec un grondement menaçant. Une sensation de plus qu'elle ne comprend pas encore et qui la déconcerte.

Comme elle se doute qu'il ne se contentera pas de ce qu'elle vient de dire, qu'il va lui demander de développer, elle n'attend pas son ordre et poursuit, calme en apparence, modestement assise sur ses talons à côté du lit. Et elle essaie autant que possible d'exprimer son sentiment. Chose ardue alors qu'elle est loin d'appréhender les raisons de son trouble.

- Je ne sais pas pourquoi je les ressens à la fois comme un atout et comme une menace. Tu m'as expliqué ce qu'ils sont, et je me demande si cette... cette ambivalence tient à leur nature ou pas. J'ai l'impression... c'est très difficile à expliquer, je ne comprends pas bien...

Et ça l'agace d'ailleurs, elle fronce les sourcils et crispe un peu la bouche avant de reprendre.

- J'ai l'impression qu'ils ne t'ont pas encore choisi. Et que tant qu'ils ne l'auront pas fait tu resteras en danger. Paradoxalement, celui que je crains le moins est le géant. C'est le seul dont les motivations semblent à peu près claires. Les deux autres... Je ne sais pas.

Elle plisse un peu les yeux pour se rappeler leurs visages, leurs regards, leurs gestes.

- Le plus petit, Eivind. Il voit bien plus que ce qui est aux yeux de tous, et même s'il parle beaucoup, il en dit bien moins qu'il n'en pense. Et alors que ce qu'il dit peut déjà se révéler finement agressif et destiné à piquer, que penser de tout ce qu'il tait ?... Celui-là t'observe, et il n'est pas encore satisfait. Il te testera encore, je crois. Très bientôt.

Ses mots sont trop hardis, mais qu'y peut-elle ? Ragnar a déjà été assez clair, quand il demande un avis, elle ne doit rien dissimuler et parler selon son coeur et sa raison. Qui, dans ce cas, lui disent tous deux la même chose. Méfiance.

- Einar, lui...

Impossible de savoir clairement ce que lui inspire Einar. C'est étrangement celui qui l'effraie le plus, et qui pourtant semble le plus clairement entrevoir qui elle est, ce qu'elle est, de quoi elle est capable. Un lien étrange entre eux, noué elle ne sait comment, lors de l'autre soir où il posait ses questions avec un calme serein, près du feu, dans cette même pièce. Elle ne comprend pas.

- Je n'arrive toujours pas à le cerner. Il y a quelque chose en lui qui est... Ah, je ne sais pas.

C'est agaçant comme les mots s'enfuient et se diluent. Elle secoue un peu la tête et se contraint à trouver une manière de décrire ce ressenti mal défini, cette peur vague. Le poids des yeux de Ragnar qu'elle imagine sur son visage lui rend les choses plus difficiles encore.

- ... qui est d'ailleurs. Il peut parler, rire et se comporter comme un homme, il y a quelque chose, dans ses yeux, qui n'est... pas totalement, pas uniquement humain. Peut-être le reflet de ce qu'il est, mais alors pourquoi est-ce que je ne le perçois pas dans les deux autres ?... Je ne sais pas.

C'est confus, et c'est énervant de ne pas parvenir à lever cette confusion. Elle finit avec un petit haussement d'épaules impuissant.

- Je ne trouve pas les mots qu'il faudrait. Ce sont des sensations, très faibles et floues, et elles m'échappent quand j'essaie de les comprendre. J'ai juste le sentiment que... qu'ils sont dangereux. Tous les trois, chacun à sa manière. Dangereux et imprévisibles.

L'impression qu'il s'agit d'animaux intelligents, mais d'animaux quand même. Dont on ne sait pas quand la faim prendra le pas sur le reste. Et la faim de quoi, en plus ?

- Ils attendent quelque chose de toi. Ils guettent. Ce que tu leur as donné a éveillé leur... intérêt. (Elle a failli dire "appétit"...) Mais je suis presque sûre qu'ils n'en ont pas encore assez.

Elle ne peut pas dire mieux. Elle n'y voit pas assez clair.
Pas assez clair non plus, quand elle lève finalement les yeux pour rencontrer ceux de l'homme assis devant elle, pour décoder son expression. Elle espère avoir répondu à ses attentes, mais quoi qu'il en soit, elle a fait de son mieux. Que peut-il lui demander de plus ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar Herteitr
Jarl

avatar

Messages : 1408

MessageSujet: Re: Elle est du Nord   Dim 23 Fév - 12:32

Dialogue franc et direct, qui limite les dépenses d'énergie inutiles et les non-dits. Parfait. Un léger pli au coin des lèvres montra fugacement la satisfaction du jarl. Il acquiesça aux paroles de l'esclave. C'est bien vu, il n'y avait même pas pensé. Il était assez probable qu'il serait testé à un moment ou un autre. Lui avait plutôt pour opinion que le test était permanent, en observant comment se comportaient les gens, dans la paix et dans la guerre. D'où l'avantage de combattre aux côtés de gens de son clan, que l'on pouvait tous nommer par leur nom, ainsi que citer ceux de leurs frères et sœurs dans la foulée.

Il grogna.

C'est bien vu. Je n'y avais pas pensé. La manière dont je vois les choses, c'est qu'on finit par connaître les gens, en observant les détails. Nul besoin d'épreuves pour cela. Mais ces berserkers semblent avoir un faible pour ce genre d'épreuve. Tout comme les gens qui t'ont formée, d'ailleurs. Pour ma part, j'ai déjà été mis à l'épreuve, par mon père notamment. Mais il s'agissait de savoir de quel acier j'étais fait, et aussi de m'apprendre une leçon. Jamais de risquer de tout perdre sur un coup de dés. La vie nous offre assez d'occasions pour cela sans en rajouter. Sinon, tous nos entraînements seraient à mort, et je mènerais aujourd'hui à la bataille trois hommes amputés au lieu de cent vingt en bonne santé.

Un instant de réflexion avant de hausser les épaules avec fatalisme.

Ah, bah... Nous saurons bien assez tôt ce qu'ils veulent. De toute manière, ils me sont utiles. Mais pas nécessaires.


Tout comme toi, faillit-il ajouter, mais il se retint in extremis.

Sahnnâ l'observa d'un air perplexe et légèrement sceptique, mais Ragnar ne l'interrogea pas plus avant. Qu'elle parle si elle le souhaitait, elle en avait le droit et le savait, vu que les règles avaient été posées d'emblée.

Enfin bon, il est clair qu'ils ne pensent pas comme nous. Concernant Asbjorn, je suis d'accord avec toi. Ses motivations sont claires depuis le début. Mais même lui, je ne pense pas que ce soit si simple. Je pense qu'il a évolué. Pas certain qu'il ait si envie que ça de m'occire, finalement. En combattant les non-morts à Gravskogur, tout ce qu'il peut espérer, c'est une mort désagréable et une réputation locale avec une pierre gravée à l'entrée d'une taverne. Avec moi, son nom peut être chanté pendant des générations de skalds. Je pense qu'il est sensible à cela. Mais effectivement, concernant les autres, c'est plus délicat. Cela dit, ils devront se décider vite. Parce que demain, je lève l'ancre. Nous rentrons à Falr. Il ne fait pas bon abandonner trop longtemps une nouvelle colonie. Surtout quand c'est une terre riche et fertile avec un climat clément. Je ne suis pas très satisfait de mon voyage ici, parce que je n'ai pas eu autant de ralliements qu'espéré, mais, bah... Je suppose que ce genre de choses prend du temps.

Un bref silence.

En tout cas, quelles que soient leurs motivations, nos nouveaux amis devront choisir demain. Plus tôt qu'ils ne l'auraient voulu, sans doute. Mais quand mon navire s'éloignera du rivage, il faudra être dessus, ou sur la terre ferme. Pas de voie médiane. Merci de tes conseils. Va te reposer, maintenant. Il nous faut dormir correctement, un long voyage nous attend.

Ragnar congédia l'esclave d'un geste de la main. Pas question de la garder ici ce soir. Il était tard et il fallait dormir. Tout à l'heure, il avait très envie d'elle, mais il n'avait pas prévu que la soirée traînerait autant en longueur.

Sahnnâ s'inclina avant de sortir. Ragnar s'endormit presque instantanément pendant que le feu s'éteignait doucement dans l'âtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle est du Nord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle est du Nord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elle est mon Nord, mon Sud, mon Est et mon Ouest, mon minuit et mon midi [ Emily ]
» Et elle remonte, remonte, toujours plus haut, tête vers le nord, pour mieux tomber plus bas, toujours plus fort ☺☻ Harmony } U.C'
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Les Territoires Outre-Frontières :: La Suérie :: Les Terres glacées de Yeravik-
Sauter vers: