AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trystan d'Artelion
Gardien de la Reine
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Mer 25 Mai - 13:43

Prénom : Trystan
Nom : d'Artelion

Statut : Homme Lige (pour l'instant)
Origine ethnique: Eiralien

Age : 21 ans
Sexe : Masculin

Histoire :
Chapitre I
Quatrième


Dans l'âtre, le bois craquait doucement. Tout était calme dans la demeure familiale de Castle-Fer. La forteresse tournait un petit peu au ralenti. Comme chaque fois en hiver, au dehors, le vent hurlait, amenant avec lui tant de neige qu'on aurait cru qu'elle pourrait recouvrir le monde. Étonnant comment un simple mur pouvait vous séparer de la fureur des éléments, vous tenant blotti et à l'abri. Un seul mur, ou une seule porte...

Un cri de douleur déchira le silence aussi sûrement qu'une lame tranche la peau. Le travail avait commencé. Dans la chambre nuptiale, lady Romilly d'Artelion tentait de mettre au monde l'héritier que Castle-Fer attendait avec tant d'impatience. Par trois fois déjà, elle avait tenté de le mettre au monde cet enfant. Trois tentative qui s'étaient toutes soldées par un échec. Les deux premières fois, la jeune femme était bien trop jeune. Elle n'avait que dix-huit ans la première fois qu'elle était tombée enceinte. Dix neuf la seconde fois. N'ayant jamais été d'une constitution fort robuste, la demoiselle n'avait pas été capable de porter les deux enfants à terme.

La dernière fois, elle avait vingt et un ans. Cela aurait dû être une petite fille, mais un imbécile avait annoncé la mort de lord Tankred d'Artelion à sa trop jeune épouse sans prendre la moindre précaution. L'enfant avait quitté le ventre de sa mère plus de trois mois avant son terme. Elle n'avait guère tenu plus de deux jours. Et avait failli emporter sa mère avec elle. Autant dire qu'à son retour, Tankred d'Artelion avait fait mettre au gibet le crétin qui l'avait privé de son enfant et presque tué sa femme.

Aujourd'hui, elle essayait à nouveau. Les prêtres des nouveaux et des anciens dieux étaient présents. Car, d'un culte comme de l'autre, on disait que ce serait son dernier accouchement et qu'elle allait mourir.

Pendant que la jeune femme poussait des cris de douleur, Tankred rongeait son frein dans la pièce voisine. Que la prêtraille entrer, soit. Mais nul autre qu'eux et les femmes de chambre qui aidaient sa femme pour la délivrance. Mais lui, Tankred d'Artelion, le seigneur de Castle-Fer et baron d'Artelion. Lui qui avait affronté tout les ennemis que pouvait avoir le royaume, avait conquis son honneur à la pointe de sa lance... lui se retrouvait comme un idiot de trente trois ans qu'il était, paralysé par des cris de douleur devant une saleté de porte (porte de sa propre chambre qui plus est). Et que cette foutue porte, il n'avait même pas le courage de la pousser pour imposer sa présence auprès de son épouse. Il y avait tout de même de quoi devenir complètement dingue non?

Un cri plus fort que les autre paralysa littéralement le grand guerrier qu'il était. Était-ce ce cris qui l'avait tétanisé ou ce silence total qui le suivit... quelques secondes d'un silence absolu.

Puis, il y eut un cri. Ce n'était pas sa femme qui criait. C'était... autre chose.

Quelques secondes s'écoulèrent à nouveau avant qu'une des demoiselles de compagnie de Romilly n'apparaisse, lui présentant un petit paquet de linge remuant et plaintif.

« C'est un garçon, annonça-t-elle. »



Chapitre II
Chevalier


Seize.

Seize années s'étaient écoulées depuis ce froid soir d'hiver où était né Trystan d'Artelion. Et il était enfin temps que le jeune héritier de Castle-Fer fasse ses preuves. Dix années à apprendre le métier des armes et à servir son oncle en tant qu'apprenti guerrier. Dix années et voilà que face à lui se tenait la première chance de faire vraiment ses preuves.

Nombre de guerriers flanchent à ce moment précis. Juste avant l'impact.

Le jeune homme se baissa en avant pour éviter la hache rudimentaire du montagnard. Et le combat s'engagea alors. Où étaient les ennemis? Trystan n'en savait trop rien. Il ne parvenait plus à distinguer que des silhouettes informes derrière un écran rouge qui obstruait sa vue. Son épée rencontrait des choses molles dans lesquels elle s'enfonçait avec une facilité déconcertante.

Et puis, il y avait ce bruit... ce bruit inimitable... celui d'un corps qu'on transperce. Les sacs sur lesquels on s'entrainait étaient loin de produire ce son. C'était déstabilisant. Mais pourquoi cela le préoccupait tant? Tout autour de lui régnait le fracas du combat, la puanteur du sang, du fer et des déjections en tout genre.

Un coup arriva. Il ne l'avait pas vu venir et ne l'esquiva pas. Son casque s'envola pour aller rejoindre se qui semblait être un amas de tripes humaines trois mètres plus loin.

Le jeune homme resta debout quelques secondes, raide. On l'avait frappé. On avait fait exploser sa tête. Elle était perdue. Détruite. Mais non, il ne faillirait pas.

Par le Fer, par le Feu et par le Sang.

La devise des Artelion résonnait dans son crâne avec plus d'intensité que jamais.

Par le Fer, par le Feu et par le Sang.

Un nouveau coup arriva pour l'achever. Le bouclier de Trystan tomba au sol alors qu'il prenait son épée à deux mains pour frapper. Il fut plus rapide que son adversaire.

Le coup porta sur la tête qui explosa littéralement sous la lame. Mais ce n'était pas assez. Trystan frappa. Encore, encore, encore et encore.

Ce barbare avait fait exploser sa tête. Il devait le réduire en bouillie.

Œil pour œil, dent pour dent.

En même temps qu'il frappait encore, encore et encore, Trystan ne pouvait s'empêcher de pleurer et, de rage contre ce signe de faiblesse, frappait plus fort encore.

Une main se posa sur son épaule. Sans rien faire, ne faisant que s'y poser. Et cette main l'arrêta net. Barbouillé de sang et de lambeaux de chair, Trystan se tourna vers son oncle.

Comment étaient-ils arrivé là?

Ah oui... il y avaient les bandits... ils avaient attaqué un convoi... un convoi d'argent... et... et il fallait le récupérer... il le fallait à tout prix.

Une dizaine d'hommes d'armes... son oncle... lui...

Trystan se prit la tête entre les mains. Alors que les souvenirs remontaient rapidement dans sa mémoire.

La piste de bandits était facile. Ils les avaient trouvés. Le combat s'était engagé. Un massacre plutôt.

Le jeune homme regarda autour de lui tout les cadavres. Un carnage. Il tenta de prononcer quelques mots, mais ne parvint strictement à rien. Ces hommes, qui avaient-ils été? pourquoi avaient-ils fait ça? Ce serait une question sans réponse. C'était sans doute des villageois poussés à bout pour le Guerrier seul savait quellr raison. Maintenant, cela n'avait plus d'importance. Ils étaient morts et leurs corps seraient laissés à l'abandon. Jour faste pour les corbeaux. Son oncle lui tapota l'épaule.

« Il te faut une fille maintenant, déclara-t-il. »

La nuit du lendemain fut bien plus pieuse que celle qu'il passa ce soir là dans la maison close de la ''Chatte Esseulée''. Le jeune homme n'avait pas gagné le sanctuaire de l'Astre de la croix pour le vénérer. Il trouvait cette divinité soit disant supérieure étrange. Voir même, malsaine. Comment un Astre pouvait-il espérer qu'on accomplisse des actions héroïques en son nom alors que jamais il n'avait ni défendu ceux qu'il aimait, ni même ne s'était défendu lui-même(modif).

Le Guerrier répondait bien plus à l'idéologie de Trystan.

Et le lendemain, à bientôt dix-sept ans, le jeune homme était reconnu membre à part entière de la cavalerie par ses pairs.



Chapitre III
Cyrielle de Lokver


Les jardins de la demeure étaient assez frais et agréables. Trystan était tranquillement en train de se prélasser à l'ombre d'une colonne de marbre. Le temps était au beau fixe et l'humeur du jeune homme aussi. Il avait reçut le matin même une missive de son père resté à Castle-Fer. Apparemment, sa sœur, de trois ans sa cadette avait trouvé un bon parti auquel se marier. Il était heureux pour elle et espérait secrètement que son père ait oublié cette partie de sa propre vie: le mariage.

Trystan n'avait pas la moindre envie de se marier. Allons, il était encore jeune et avait parfaitement le temps de trouver une femme et de fonder une famille. Pour le moment, il se contentait de profiter de la demeure que la famille de sa mère possédait dans la capitale.

« Trystan. »

Le jeune homme ouvrit les yeux pour découvrir face à lui son oncle à côté de qui se tenait une belle jeune femme à la longue chevelure d'un blond presque argenté. Loin d'être moche, on pouvait bien entendu chicaner sur les taches de rousseur ou son nez légèrement en trompette, mais ce n'était rien de bien grave. Quelques détails.

D'un bon, le jeune homme se retrouva sur ses pieds et s'inclina face à la demoiselle.

« Trystan, je te présente Cyrielle de Lokver... »

Il y eu un moment de flottement avant que son oncle ne reprenne.

« Vous vous mariez dans un mois. »

Le jeune homme faillit s'étouffer en entendant ce que son oncle venait de dire. Hein? Quoi? C'était quoi cette blague? Fiancé? On l'avait fiancé sans rien lui dire et en plus, il n'allait pas tarder à se marier? Non mais on se payait sa tête là ou quoi?

Et c'était d'ailleurs étonnant à quel point l'esprit humain était manipulable. En quelques secondes, Trystan trouva une quinzaine de défauts tout à fait rédhibitoires à la jeune femme. Ses cheveux n'étaient pas beaux. Et puis, mal coiffés aussi. Et puis, elle avait les doigts tout boudinés. Et sans parler de son visage. Avec ces taches de rousseur, on pouvait croire qu'elle était lépreuse. Et que dire de son nez. Oui, son nez, parlons-en. Ce n'était pas un nez, c'était un groin de cochon. Non mais vraiment, vous avez déjà vu un nez qui remonte autant autre part que sur un cochon?

Mais en tant que noble, Trystan n'avait pas vraiment le choix. Son père lui avait choisi une épouse. Il était en devoir d'accepter ce choix.

Le mariage n'eut nul autre décor que le temple des anciens dieux de Castle-Fer. Les parents et la famille de Cyrielle en étaient proprement scandalisés, eux, fervents partisans de l'Astre à la croix. Cela avait d'ailleurs au fond, été le seul point noir de la cérémonie. Les entendre marmonner dans leurs barbes alors qu'ils se cramponnaient à leurs foutues croix était assez désagréable. Cela n'était pas bon signe pour la suite d'avoir des enquiquineurs pareils dans les pattes. Non mais vraiment. On avait pas idée de se comporter comme ça. C'était n'importe quoi.

Et pour ce qui est de la nuit de noce...

Eh bien, disons que les jeunes hommes, on les emmenait dans les bordels pour leur apprendre les choses de la vie et essentiellement, de la vie des abeilles en fait. Malheureusement, dans un sens, on ne faisait pas vraiment pareil avec les filles. Aussi, c'était cachée sous la couverture et tremblante de peur que Cyrielle avait attendu Trystan pour leur nuit de noce. Au moins pouvait-il s'estimer heureux qu'elle ne soit pas sous le lit.

Quant au reste de l'éducation des gentilles filles de la noblesse, elle se résumait à une seule et unique chose. Lorsque la jeune femme eut comprit que le moment était venu pour elle de s'offrir et qu'elle n'y échapperait pas, elle repoussa la couverture et, remontant sa robe, se mit dans une position que l'on pourrait simplement qualifier de ''l'étoile de mer''.

Heureusement que Trystan lui avait un peu d'expérience en la matière ou cela aurait été une véritable catastrophe.



Chapitre IV
De Fer, de Feu, de sang et de Larmes


Le moins qu'on puisse dire, c'était que Trystan et Cyrielle s'étaient rapprochés pendant les quatre derniers mois. Quatre mois avant que l'impensable ne se produise. Le roi Petrus périt lors d'un accident de chasse. Pas d'héritier mâle, il ne laissait derrière lui qu'une fille de 17 ans pour gouverner Eiralie. Appuyé par un conseil de nobles, Bernard de Castel-Gaillard prit le pouvoir au nom de la noblesse. Sans héritier mâle, la lignée royale était éteinte. Il fallait placer un nouveau chef à la tête de l'Eiralie.

Sur le papier, tout cela sonnait bien. En théorie, il était possible de légitimer cela. Après tout, une femme sang mêlée sur le trône... mais vous connaissez la différence entre la théorie et la pratique? La théorie, c'est quelque chose qui ne fonctionne que sur le papier, mais qui, une fois mise en application, plus rien ne fonctionne comme prévu.

Accident accidentel ou volontaire, il était encore possible de se poser la question. Toujours est-il que les choses avaient fortement dérapé quatre jours après l'auto-couronnement de Castel-Gaillard.

Qu'est-ce que Trystan pouvait bien faire au palais ce jour là? Il ne s'en souvenait même plus. Peut-être pour voir la princesse alors déchue qu'il n'avait jamais rencontré, se présenter comme représentant des Artelion et prêter hommage à Castel-Gaillard. Tout devenait flou dans sa tête.. Tout se dont il se souvient encore aujourd'hui, c'est la panique. Tout le monde courait et criait dans tout les sens. Les reitres arborant les couleurs de grandes maisons s'affrontaient ou se battaient avec la garde. Le chaos était sans nom. Était-ce ainsi dans tout le palais? Il n'en savait rien. Et Cyrielle? Où était-elle passée?

Trystan se mit à courir dans tout les sens, croisant quelques nobles paniqués par ci, quelques soldats par là. Fouillant frénétiquement chaque passage du palais qu'il pouvait atteindre. Quelques cadavres également se trouvaient par-ci par là. À chacun d'entre eux, il avait peur de découvrir Cyrielle étendue dans son sang.

Avançant de plus en plus prudemment alors qu'il entendait le fracas d'un combat s'approcher, le jeune homme ramassa l'épée d'un garde tombé sous les coups du Guerrier seul savait qui. Et son sang se glaça.

À demi allongée dans un coin, Cyrielle tentait de contenir le sang qui coulait librement de son flanc. Sa robe bleu ciel au trois quarts déchirée prenait à présent plus une teinte grenat qu'autre chose. Lâchant son arme, le jeune homme plongea sur elle. Elle tenta de le repousser. À trois reprises. Sans y parvenir. Murmurant qu'elle ne voulait pas qu'il la voie ainsi. Mais c'était trop tard. Posant la main de son époux sur son ventre, la jeune femme lui adressa un léger sourire.

« Tu le sens?... Nous... attendrons... t'attendront... »

Trystan poussa un cris inhumain en comprenant se qu'elle tentait de lui dire. Elle était enceinte. Enceinte de lui. Doucement, elle passa une main sur le visage de son mari, comme pour l'apaiser. Le calmer. Mais comment est-ce qu'elle voulait qu'il le fasse? Comment pouvait-il se calmer?

« Qui? »

La jeune femme réussissait encore à sourire. Malgré le sang qui perlait à sa bouche.

« Le Bœuf, réussi-t-elle à murmurer faiblement. »

Quelques secondes s'écoulèrent et ses yeux se voilèrent. Trystan resta prostré un moment, puis, comme sortant d'un rêve, il s'ébroua, appela sa jeune épouse, de plus en plus fort. La secoua, d'abord doucement, puis de plus en plus fort. Continuant toujours à l'appeler. Il tenta même de la gifler pour la faire revenir à elle. Par trois fois, il gifla le cadavre. Mais rien n'y faisait. La jeune femme restait là, totalement inanimée, semblable à une poupée de chiffon.

Essayant de se retenir pour ne pas verser la moindre larme, Trystan posa les yeux sur l'épée qu'il avait ramassé un petit peu plus tôt...

Il savait ce qu'il lui restait à faire.

Roland de Remiris était surnommé le Boeuf pour deux raisons. D'une part, sa carrure de titan et sa panse imposante qui lui donnaient, il fallait bien le reconnaître, une allure bovine, et d'autre part, parce qu'au dernier tournoi, il avait chargé tête baissé dans la mêlée à pied, culbutant plusieurs adversaires.

Un adversaire redoutable.

Le genre qu'on ne veut pas avoir en face de soit.

Qu'importe. Il allait le tuer.

Attrapant l'épée, Trystan se mit à courir dans les couloirs, hurlant à tue tête la devise des Remiris: ''brille à jamais''. Peut-être pourrait-il attirer Roland ou à défaut, certains de ses reîtres.

Quatre cadavres portant pour armoiries une étoile à huit branches d'un blanc éclatant sur fond noir lui apprirent qu'il était dans la bonne direction. Les cadavres étaient semés sur le passage comme une piste que le guerrier n'eut nulle difficulté à remonter. Et au bout de la piste... le Bœuf.

Aussi écrasant que sa réputation le laissait penser, Roland de Remiris tentait de passer un barrage imposé par une poignée de soldats de la garde. Une poignée qui ne tarderait pas à se faire écraser. Que défendaient ces gardes, que cherchait à faire Roland, qui était de quel côté, au fond, Trystan n'avait absolument rien à faire de toutes ces questions.

Il allait tuer le Bœuf. C'était la seule et unique chose qui comptait et qui avait un tant soit peu d'importance.

Posant un genou à terre, Trystan adressa une brève prière au Guerrier puis, se redressant, il raffermit sa prise sur son arme se se jeta sur les soldats en hurlant:

« Par le Fer, par le Feu, par le Sang. »

Avant que les hommes d'arme n'aient compris, complètement pris au dépourvu par le jeune homme, l'épée de Trystan fendait un casque.

* * *

Aïe, bobo, j'ai mal...

Ce furent les premières pensées de Trystan lorsqu'il ouvrit les yeux. Il tourna la tête, s'attendant à trouver Cyrielle endormie, lovée sur son oreiller. Elle ne parvenait jamais à dormir normalement et, tout les matins, il la retrouvait dans la même position: roulée en boule sur son oreiller juste à côté de lui.

Tous les matins, mais pas celui là de toute évidence, ce ne serait pas le cas.

Il tenta de se mettre assis, mais une violente douleur dans le flanc le prit. De longs bandages étaient enroulés autour de son torse.

Abandonnant et restant allongé sur le lit, le jeune homme commença par remettre en ordre tout ce qu'il pouvait avoir dans sa tête.

Il se souvenait avoir engagé le combat contre le Bœuf et ses hommes. Le reste était assez confus. La douleur lorsqu'un scramasax s'était enfoncé dans son flanc. Tout était confus dans sa tête. Si... une dernière chose... la tête du Bœuf roulant sur le sol.

Et ce cri aussi inhumain que terrifiant qu'il avait poussé juste après. Ensuite, c'était le néant.

Mais Cyrielle...

Cyrielle était bel et bien morte. En tout cas, ce fut se qu'on lui confirma très rapidement... Cyrielle était morte et on l'avait déjà mise en terre.

Que dire d'autre? Que la reine avait finalement repris son trône? Qu'une femme, sang mêlée qui plus est, régnait à présent sur l'Eiralie? Au fond, qu'est-ce qu'il en avait à faire? Il s'en fichait pas mal. De même du fait qu'on le considère presque comme un héros parce qu'il avait tué un des grand partisan de Castel-Gaillard. Les vrai héros étaient les hommes de la Garde. Lui, il avait juste été au mauvais endroit au mauvais moment. Cela n'avait rien d'héroïque ou d'exceptionnel. Il aurait tué le Bœuf tout aussi bien s'il avait été un partisan de la reine Iseult.

Le jeune homme ruminait ses sombres pensées lorsqu'on vint le chercher.

Un officier de la Garde. Un des hommes qui l'avait vu charger et affronter le Bœuf.

Un officier qui voulait le voir intégrer le corps des Gardiens de la Reine malgré son jeune âge.

Bien fou et idiot aurait été celui qui aurait refusé une offre pareille. Bien entendu, son père tenta de le dissuader, mais rien n'y fit. Ses cousins et son oncle se léchaient déjà les babines comme des loups affamés devant une chèvre entravée à un pieu. Si le fils risquait sa vie pour la reine, il avait des chances de mourir. Et à eux la baronnie.




Description physique : La majeure partie du temps, vous croiserez Trystan équipé pour tenir son rôle et son rang de Gardien de la reine. Une armure complète, un casque possédant un protège nez et des protège joues. Il affectionne particulièrement son équipement dont il prend grand soin. Et d'ailleurs, il a plutôt intérêt. L'armure et l'équipement en général a coûté une véritable petite fortune. Alors pas question de laisser la moindre tâche de rouille apparaître dessus. Lorsqu'il est en service mais que cela lui est permis, il évite de porter son casque qu'il trouve assez désagréable pour une obscure raison. S'il est entrainé à manier n'importe quel arme possible et imaginable (il faut bien être prêt à tout), son arme de prédilection reste tout de même l'épée longue avec laquelle il excelle.
Les entrainements quotidiens ont façonné son corps. Ni trop musclé, ni trop svelte. Trystan est un bon produit de ce qu'on peuy attendre d'un Gardien de la Reine. Il ne sera pas emporté par son élan en donnant un coup qui finirait dans le vide, mais ne sera pas non plus désarmé dés la première passe d'arme.
Il garde souvent comme un masque. Une expression de neutralité complète lorsqu'il est en service et ne laisse pas passer la moindre émotion. Un port de tête noble et digne en résumé.
Propre sur lui, il est discret et, lorsqu'il ne porte pas son armure, il a cette fâcheuse tendance à devenir invisible, ni plus ni moins. On ne fait pas attention à lui et on ne le remarque pas. Seuls ses yeux gris d'un étrange éclat métallique peuvent rester dans les mémoires. Mais il ne fixe que peu les gens dans les yeux. Pour le reste, il se rase régulièrement et ses cheveux noirs et raides descendent légèrement sur son visage. Il tient à conserver une certaine longueur, même s'ils sont loin d'être aussi longs que ceux de nombres d'hommes du château.


Description psychologique : Trystan a autant de qualités que de défauts. Malheureusement, il s'agit parfois des mêmes choses. Le jeune homme est loyal et déterminé. Mais d'autres vous dirons que c'est une foutue tête de mule et qu'il peut être un peu collant, voir pire qu'un Saint Bernard (sans le petit tonneau de gnôle bien sur). Toujours est-il qu'il serait plus facile de stopper une charge de cavalerie lourde que de le faire changer d'avis si jamais il a un objectif en tête.
Direct et franc, il dira toujours ce qu'il pense si on lui demande son avis, quoi qu'avec quelques nuances toutefois si par exemple, la robe de la reine n'était pas à son goût et qu'elle lui demandait son avis. Heureusement pour lui, on lui demande plus souvent ce qu'il pense de telle ou telle arme plutôt que de la garde robe de la souveraine. Autant dire que, fort malheureusement, la diplomatie n'est pas vraiment un de ses points forts. Sauf si votre notion de la diplomatie nécessite une hache de guerre bien entendu.
Cela lui a joué de nombreux tours par le passé. Il est souvent déconseillé de dire clairement à votre maître d'arme qu'il ne connait pas son métier et qu'il est complètement nul pour vous apprendre à manier une épée longue.
Malgré cet aspect guerrier, c'est aussi un jeune homme cultivé qui lit régulièrement et parfois, plus pour le plaisir que par réelle nécessité. Il s'attaque aussi bien aux traités militaires des grands généraux de l'Ancien Empire qu'aux ouvrages de poésie. Inutile pour certains, lui trouve ça amusant.
C'est un jeune homme intelligent malgré tout. Il n'est pas à sous estimer et, si son franc parler peu lui causer du tord, il peut également le faire pour bon nombre d'ennemis.
Jeune homme pourtant discret, il n'aime guère parler de son passé. En fait, il n'aime guère parler pour ne rien dire. Une blessure en lui ne s'est pas encore refermée. Il la garde en lui jour après jour. Et évoquer le sujet en sa compagnie est sans doute la plus sûre façon de le mettre en colère.


Allégeances, liens hiérarchiques


Suzerain de : Personne
Vassal de : Mon épée est au service de la Reine. Je la sert fidèlement et suis également aux ordres du seigneur Guilhem de Cîmerouge.

Maître de : Personne pour le moment
Esclave de : MOI !!! UN ESCLAVE !?! *tire son épée*

Serf dans le domaine de : CELA SUFFIT !!! *embroche le questionnaire*
Seigneur de : Personne pour le moment

*** Réservé aux seigneurs ***


Région de la seigneurie : Avranie

Nom de la seigneurie : Artelion

Description de la seigneurie : Dressé sur les hauteurs d'Avranie, le fief d'Artelion est niché au cœur des montagnes. Il est possible de séparer le domaine en trois parties. La première étant le plus accessible et la plus connue des personnes qui passent en Avranie. Il s'agit d'une vaste étendue vallonnée sur laquelle serpente une route commerciale qui, bien que n'étant pas de la plus haute importance est assez fréquentée. Ces collines sont parsemées de hameaux et représentent environ la moitié du domaine. Viennent ensuite quelques vallées étroites où les villages se font plus rares, mais qui son étroitement surveillée par les seigneurs de Castle-Fer, d'une part parce que c'est à la limite de ces escarpement que se dresse la forteresse des barons d'Artelion, d'autre part parce que c'est la seule route employée et possible pour permettre d'acheminer le minerais de fer et d'argent vers la vallée et la route commerciale. Or, c'est bel et bien ces métaux qui font la richesse des barons. Enfin, il y a le domaine montagneux et escarpé où se situent les précieuse mines.
La vie est assez rude dans les montagnes et les vallées. Les paysans qui y vivent ne sont pas des plus accueillants et se méfient des étrangers. On ne sait jamais trop qui peut bien décider d'arriver ni se qu'il peut vouloir. Et la venue de quelqu'un dont on ignore tout dans cet environnement n'est pas toujours une excellente nouvelle.
Toutefois, les Artelion sont une famille relativement riche et puissante du fait des nombreux gisements de minerais de fer et d'argent situé dans les montagnes sur lesquels s'étendent leurs terres.
Six châtelains sont rattachés à Artelion par des liens vassaliques et leurs terres gravitent autour de la baronnie. Fidèles vassaux de Castle-Fer, ils répondent à l'appel de leur seigneur lorsque celui-ci requier leur aide ou leur présence. Leurs demeures allant de la petite forteresse à la ferme fortifiée.


Blason : Depuis les premières heures de la lignée des Artelion à la chute de l'ancien empire, les seigneurs arborèrent toujours le même emblème: une épée d'argent couronnée de cinq étoiles de bronze sur un fond vert uni.



(Je me permets de décrire également la seigneurie pour la simple raison que je pensais à un personnage d'origine noble et que, dans ce cas là, la reprise de ses terres par la suite pouvait être une évolution possible du personnage. Je retirerai si cela pose finalement problème).


Dernière édition par Trystan d'Artelion le Ven 27 Mai - 23:46, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Mer 25 Mai - 18:50

Bonjour et bienvenue, Trystan.

Début de fiche tout ce qu'il y a de réjouissant ! On se pose évidemment des tas de questions indiscrètes, qui trouveront je suppose une réponse dans ton histoire... Tu as bien fait de poser quelques petites choses sur ta seigneurie, j'aime beaucoup ces perspectives d'évolution !

*s'installe en se léchant les babines et attend la suite...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan d'Artelion
Gardien de la Reine
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Jeu 26 Mai - 11:48

Merci à vous.

Et voilà.

Fiche terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Jeu 26 Mai - 13:48

Booooon... bon, bon, bon.

*suspense*

C'est plutôt une belle fiche.
Y a du scénario, des idées intéressantes, des possibilités d'évolution du personnage. Une bonne ambiance, on sent que tu as lu le contexte.

Mais...

*resuspense*

Quelques petits trucs :

1-La religion.
OK en l'état, mais faut voir qu'on n'est pas dans le vrai monde médiéval, même si ça y ressemble beaucoup. Donc, même s'il peut y avoir une "pseudo-chrétienté" avec un dieu à la croix, ça reste peu structuré, et très mélangé avec d'autres religions (telles que le culte du Guerrier, que tu suggères de manière fort intéressante).
Mais pas d'églises, ni de hiérarchie ecclésiastique à proprement parler.

Rien à changer de ce côté-là, c'est juste une mise au point. On a un projet sur la religion en cours, de toute manière.

2-L'attaque des Sauvageons
Laughing Laughing
C'est quoi ça, des Sauvageons ? Si t'étais en Avranie, ça peut être des brigands, des trucs du genre. Mais "Sauvageons", ça fait un peu "attaque de gamins de banlieue prépubères", ça manque de sérieux. C'était qui, ces mecs-là ?

3-L'orthographe
Y a quand même pas mal de fautes d'orthographe, essaye d'améliorer ça. C'est surtout ça qui pèche, surtout la forme, sinon, le fond est très bien.

Bonne chance Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan d'Artelion
Gardien de la Reine
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Jeu 26 Mai - 16:11

OK. Pas de souccis pour se qui est de la religion.

Pour les reste, j'ai ajouté à la fiche dans la description de la seigneurie une explication sur se que sont les Sauvageons et corrigé toutes les fautes que j'ai trouvé.

Voili voilou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Ven 27 Mai - 10:24

Alors !

On va commencer par les grognements...
Une bonne chose : dans l'ensemble, peu de grognements. Ou alors pas fort.

- Un premier, rapide, sur la forme. Dans l'ensemble, c'est bien écrit, c'est vivant, c'est même assez fort par moments, vraiment prenant, mais, mais... il reste trop de fautes ! Ca affaiblit l'effet de ton texte. Alors un ptit coup de plumeau là-dessus, genre une copie dans word et un ptit coup de correcteur, et question forme, ce sera irréprochable Wink

- Un autre grognement, orienté vers mes sous-fifres qui n'ont pas fait leur taf assez vite.
Normalement, il y aurait du y avoir une FAQ ou quelque chose du genre. Dans cette FAQ, tu aurais du trouver une note sur l'âge des persos et le fait que malgré l'inspiration médiévale du forum, nous essayons de fonctionner sur une échelle d'âges plus ou moins actuels. Ca complique un peu, mais c'est essentiel (notamment, j'te fais pas un dessin, mais une fille de 13 ans qui accouche, bon, sur FA, ça fait mauvais genre...). Donc, en ce qui concerne le mariage et les grossesses de ta maman, est-ce que tu pourrais pousser tout ça 5 ans plus haut ? Merci !

- Dès que le staff se sera sorti les doigts du cul, de la gueule omnisciente et néanmoins baveuse du Loup devraient dégouliner quelques informations concernant les religions. En gros (en très gros) il y aura une religion centrale, ancienne, basée sur les Astres, et une foule de petites religion, locales et/ou récentes. Parmi elles, la secte du dieu à la croix Wink Ca colle en gros avec ce que tu as écrit, donc ne change rien, sauf si tu as envie d'adapter un peu, par exemple dans le sens de donner moins d'importance au volet religieux, puisque dans les faits, la religion aura ici un impact nettement moindre que ce qu'elle avait aux temps médiévaux dans notre bonne vieille Europe... Ceci était un flash info exclusif Very Happy

- Pour les Sauvageons, y a définitivement un hic. Explication. Tu as lu le contexte, je ne sais plus comment c'est expliqué, mais Falyse est la zone la plus sûre de l'Eiralie, avec les Terres Méridianes. Là où ça peut péter, c'est :
-en Ismeerlane : brigands et renégats divers dans les montagnes du Veilleur, raids suéris sur les côtes
-en Kevalis : raids lydanes
-en Acrogée : en s'embrouillant avec des mercenaires, encore que là, ils sont tenus plus ou moins en laisse, donc ça semble moins crédible. Mais par contre il y a avant tout pas mal de brigands qui espèrent s'emparer un jour d'un convoi de minerai provenant de Castelfroid, comme il en circule souvent.
-en Slianathair, si y a pas d'envahisseur extérieur, il n'est pas rare qu'il y ait des affrontements entre clans. Les clans sont considérées officiellement comme des Maisons nobles depuis leur intégration au royaume, mais ils échappent assez à la culture avranienne et tiennent plus du clan écossais. Il y a donc des rivalités, un état d'esprit différent du reste de l'Eiralie.
Si tu veux te fritter en Avranie, on pourrait envisager quelques paysans convertis en brigands par un hiver de disette, mais ça fait moins glorieux quand tu les dézingues. Si tu veux de vrais ennemis, il vaut mieux choisir des Suéris ou des Lydanes. Et, je persiste et signe : les Sauvageons, c'est hyper ridicule comme nom Razz. Et ça rajoute des ennemis, alors qu'on n'en manque déjà pas...

- Pour la seigneurie, deux remarques (oui, nous aussi on est chiants, mais qui aime bien châtie bien, toussi toussa).
D'abord, une seigneurie isolée, et riche en même temps ? C'est un mélange assez improbable. La richesse passe par le commerce (tu le mentionnes en parlant de tes ressources minières), donc peu compatible avec l'isolement.
Parmi les seigneurs, on a plus ou moins trois degrés :
-les châtelains : petit domaine, pas fort fort riche, mais c'est quand même la noblesse. Exemple : petit domaine dans les montagnes avraniennes. L'exemple typique est Guilhem de Cîmerouge, avec son petit domaine qui sert surtout à lui assurer une retraite confortable, pas à lever une armée.
-les barons : domaine plus riche et poids politique plus important. Exemple : grand domaine sur une route principale dans les montagnes avraniennes (ou les collines, y a des zones plus accueillantes que des gros tas de cailloux, même pour des mineurs).
-les comtes, ducs et autres gros bonnets : alors là c'est le gratin. Aliénor d'Ombreval, Roland de Peyrefendre, en font partie.

Un autre truc, mais qui peut être exploité plutôt que supprimé. Tu es l'aîné de ta lignée, pourtant tu renonces à la gestion de ton domaine pour risquer ta vie au service de la reine ? C'est bizarre, comme choix. Et le genre à ne pas plaire à ton vieux. D'un autre côté, ça peut donner un côté intéressant à ton personnage : le seigneur qui décide de plaquer son domaine pour vivre la vie simple et honnête d'un bon soldat... Le père qui fait tout pour l'en dissuader. Et l'oncle et les cousins qui approuvent en se léchant les babines ("Ben, du coup, s'il en veut pas, on est prêts à se dévouer pour reprendre le domaine").

C'est un gros pavé, mais que pense-tu de tout ça ?
(à maniaque, maniaque et demi, gnagnagna Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan d'Artelion
Gardien de la Reine
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Ven 27 Mai - 10:46

*remonte ses manches*

*attrape une clé à molette et un pot de Nutella*

A l'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan d'Artelion
Gardien de la Reine
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Ven 27 Mai - 11:40

Voilà.

Texte modifié.

-Pour les fautes, j'espère qu'il y en a plus, mais malheureusement, j'en doute un peu. :/
En tout cas, Word n'en repère plus. Et moi non plus après trois relectures. Mais en même temps, je ne suis sans doute pas THE référence.

-Bon, j'ai repoussé les grossesses de Romilly d'Artelion. Elle a dix huit ans à l'époque de sa première grossesse.

- J'ai rien changé pour les religions. J'aime bien l'idée du culte du Guerrier. Il faudrait que je développe un peu cette religion, mais je pense que se serait une religion locale.

- Les Sauvageon: viré, c'est des bandits maintenant.

- Description de la seigneurie changée.

- Un tout petit allongement à la fin pour introduire l'intrigue avec les cousins, mais je préférerais la développer plus en RP que dans ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Loup
Admin

avatar

Messages : 358

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Ven 27 Mai - 23:42

*Grognement approbateur quoique le poil reste légèrement hérissé, et la queue -non, ne parlons pas de queue*

Groumpf. Vas-y, passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan d'Artelion
Gardien de la Reine
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   Ven 27 Mai - 23:49

Merci tout plein moi joli petit Loup.



*gratouille la tête du Loup*

*cour très très loin très très vite*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trystan d'Artelion - Gardien de la Reine [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La hutte de la Reine [Terminé]
» Mary Tudor " Ma mère est morte déchue, de mon côté : je disparaitrai en tant que reine. " [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Temps des Loups :: Présentation des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: